Grand Parquet : la candidature de LGB Organisations
lundi 14 janvier 2019

Grand Parquet Fontainebleau
Deux candidatures ont été reçues pour la reprise de l'activité du stade équestre du Grand Parquet © Béatrice Fletcher

Début décembre 2018, la communauté d’agglomération du Pays de Fontainebleau lançait un Appel à Manifestation d’intérêt (AMI) concernant la reprise de l’activité du stade équestre du Grand Parquet. Le point sur les deux candidatures connues à ce jour, dont celle de LGB Organisations, entreprise créée par Rémi Lesacq, que Bétarice Fletcher a rencontré.

LGB Organisations, 15 ans d’expérience dans l’événementiel 

C’est en 2004 que Rémi Lesacq, cavalier amateur et originaire de la région, 40 ans aujourd’hui, crée avec deux associés la société LGB Organisations, basée à Chailly en Bière depuis 2011. Il l’explique, LGB a pour objet l’événementiel au sens large, qu’il s’agisse d’organisation d’événements clés en mains, de la gestion de projets et de sites événementiels, ou de la mise en place de sessions de team building destinées aux sociétés. Le jeune entrepreneur est également gérant depuis 2009 de la société « Brunet Tentes », créée par Daniel Brunet en 1991, qui lui permet de proposer le montage et la décoration de structures temporaires sur 70% des manifestations qui se déroulent au Grand Parquet, ou lors d’événements tels que le CSI5* de Dinard. « De plus », ajoute Rémi Lesacq, «  notre parc technique audio visuel nous permet de répondre à tout type d’offres clés en mains sur des événements comme nous le faisons actuellement  au sein du domaine de Fremigny (91), qui comprend 300 chambres, 40 salles de réunion et un auditorium, où nous gérons 1700 m2 de structures couvertes qui accueillent des conférences et les animations de team building. » 

Pourquoi LGB Organisations se positionne-t-elle sur ce site ?

« Le Grand Parquet est un site fabuleux et historique sur lequel nous intervenons depuis une dizaine d’années et auquel nous sommes très attachés.  C’est l’un des plus beaux stades équestres de France, et il doit le rester. Ce site et les manifestations qui s’y déroulent occasionnent des retombées importantes dans le domaine de l’hôtellerie et de la restauration dans la région (de 6 à 8 millions d’euros selon les élus pour un coût d’exploitation d’environ 1 million d’euros annuels, ndla). Le Pays de Fontainebleau a des atouts indéniables qui font du tourisme et des événements équestres des facteurs économiques déterminant pour la ville et l’économie locale. »

La genèse du processus de candidature 

« La communauté d’agglomération du Pays de Fontainebleau, en recherche d’une solution économique pour alléger le coût d’exploitation du site et y développer l’activité, a procédé à un sourcing (recherche de candidats, ndla) au courant de l’été 2018 en invitant diverses sociétés, dont LGB, à présenter leur projet de reprise de la gestion commerciale. Elle a diffusé un AMI avec un cahier des charges très précis pour que les sociétés intéressées présentent leur projet de manière formelle. L’agglomération n’a en aucun cas l’intention de se retirer totalement du site, notamment en raison des importants travaux de rénovation qui ont été réalisés entre 2010 et 2012, et qui sont encore en phase d’amortissement, mais d’en réduire la charge financière. » 

Quelle est la durée de cet engagement ? 

« Le site Grand Parquet (terrains) appartient au Ministère de l’Agriculture, et l’ONF (Office National des Forêts) a accordé par délégation une convention d’occupation et de gestion à la communauté du Pays de Fontainebleau jusqu’en 2030. Nous nous sommes donc engagés jusqu’à cette date. »

Quelles sont selon vous les contraintes du site ?

« Les organisateurs évoquent régulièrement des points qui méritent d’être améliorés, tels que le parking, mais il ne faut pas s’arrêter aux éventuelles contraintes, et tout faire pour avancer. Par ailleurs, nous sommes à 100% de ce que peuvent tolérer les sols, notamment les terrains en herbe. Le programme des manifestations doit donc être étudié de manière très précise, et les temps de régénération des sols scrupuleusement respectés. »

Quels sont les projets de LGB ?

« La demande de l’agglomération porte sur 65% de manifestations équestres. L’équitation restera donc la priorité absolue du site. En parallèle, nous estimons pouvoir développer l’activité grâce à des structures éphémères à raison de 20% d’événements grand public (festivals, salons) et 25% de corporate (à destination des entreprises) notamment de novembre à mars, lorsque la saison équestre est en sommeil. Le site est modulable, équipé d’un restaurant, d’une cuisine professionnelle, de très belles salles de réunion. Il est situé au cœur d’une commune dynamique aux portes de Paris, et n’a pas d’équivalent. Selon moi, le Grand Parquet devrait se positionner comme prestataire de service, se doter de son propre parc d’obstacles ou de boxes démontables qui lui permettraient de gagner en réactivité et en rentabilité. A titre d’exemple, nous avons déjà organisé d’autres événements au Grand Parquet, tels que le Salon Fleurs et Jardins en 2014, qui a attiré plus de 5000 spectateurs, mais le trop grand nombre d’intervenants mettant en péril la rentabilité de l’événement, nous avons décidé de ne pas le pérenniser. Si LGB a la possibilité de s’exprimer au Grand Parquet, cet événement sera rétabli. »

Avez-vous déjà réfléchi à un calendrier d’événements ?

« Nous avons demandé une date de prise d’effet au  1er avril 2019. Dès cet été nous aimerions créer un « Family Day », au cours duquel le site sera transformé en mini parc d’attractions avec des structures gonflables, des animations et une restauration foraine. LGB supportera la charge de l’événement, la communauté d’agglo distribuera plusieurs milliers  d’entrées gratuites réparties selon la population des communes. Notre objectif est de faire découvrir le site aux habitants de l’agglomération. Dans l’immédiat, nous n’envisageons pas de créer davantage de manifestations, mais plutôt de nous concentrer sur le calendrier existant. Grâce à notre expertise dans l’événementiel, nous échangerons avec les organisateurs pour mettre en place ou améliorer selon leurs besoins des outils logistiques et de communication pour toucher davantage de public. » 

Envisagez-vous le retour du haut niveau au Grand Parquet ?

« Le haut niveau a toute sa place au Grand Parquet, c’est incontestable, mais il est très coûteux, car les standards imposés sont très élevés, qu’il s’agisse de la qualité des infrastructures, ou de l’accueil des cavaliers et des officiels. Pour y parvenir dans de bonnes conditions, nous prévoyons de consulter tous les acteurs concernés afin de bâtir un projet sur plusieurs années. Je ne crois pas aux effets d’annonce qui ne reposent pas sur une étude sérieuse. Je tiens à préciser que dans notre projet, tous les éléments ont été vérifiés et jugés réalisables. L’ensemble du personnel actuel sera repris, mais nous embaucherons un chargé de mission  dédié à la création des événements grand public. Nous irons à la rencontre des organisateurs et des institutions pour leur exposer notre projet, identifier les possibilités et analyser les problématiques de chacun. Si nous souhaitons le retour du haut niveau, le site se doit d’être lui-même organisateur d’événements. » 

A ce jour, Versailles est préconisé pour accueillir les JO de 2024. Fontainebleau pourrait-elle avoir un rôle à jouer dans cet événement ?

« Le CIO s’est engagé à proposer des structures pérennes. Selon les estimations, l'aménagement du site de Versailles représenterait un coût de 80 à 100 millions d’euros. Même si la copie est parfaite, car le château de Versailles est un véritable écrin du patrimoine français, il n’en restera rien. Si LGB est en gestion du site, nous serons défendeurs d’un projet sur cette échéance. Je n’hésiterai pas à aller frapper à la porte du CIO pour proposer des structures pérennes. Il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’argent public. Fontainebleau a toute sa place dans ce projet. »  

La communauté d’agglomération du Pays de Fontainebleau devrait donner sa réponse sur les dossiers de candidature le 21 février. 

Retrouvez l'autre projet proposé par la société Grand Prix ICI