Accord entre Saumur, l’IFCE et la Chine
vendredi 02 juin 2017

saumur Jean Marc Lapierre, Jean Michel Marchand et Thierry Durand
Jean Marc Lapierre, Jean Michel Marchand et Thierry Durand © Christine Marquenet

Jean Michel Marchand, maire de Saumur et président de l’IFCE, Thierry Durand, ancien écuyer du Cadre noir et Jean Marc Lapierre, directeur adjoint de l’IFCE, ont présenté, le 2 juin, les avancées de leurs contacts avec la province chinoise de Shandong, en Chine.

« La ville de Penglai dans la province de Shandong est jumelée à Saumur », explique Jean Michel Marchand. « Nous revenons, avec Thierry Durand, d’un voyage en Chine au cours duquel nos interlocuteurs ont exprimé leur volonté d’établir une collaboration internationale  pour faciliter la mise en place de centres équestres, former des encadrants et des cavaliers de haut niveau.  Il faut préciser qu’il existe à Penglai une université sportive de haut niveau que l’on pourrait comparer à l’INSEP. Et, un entrepreneur privé est en train de construire, sur 36 hectares,  un institut d’équitation international attaché à cette université du Sport. » Un accord –cadre de coopération a été signé à cette occasion entre les municipalités de Saumur, Penglai, l’IFCE, l’université du sport de Shandong et le club d’équitation Aimaren de Shandong.

Tout va très vite en Chine. L’inauguration de cet institut international d’équitation doit avoir lieu en juin 2017, la constitution de l’équipe d’enseignants et l’élaboration des manuels et programmes d’enseignement sont prévus pour décembre 2 017 et le début des cours est fixé en septembre 2 018, après la sélection des étudiants.

Une collaboration avec l’école nationale d’équitation

L’école nationale d’équitation est sollicitée pour intervenir en Chine et recevoir des stagiaires à Saumur, mais la filière équestre au sens large pourra sans doute trouver des débouchés. Il faudra pour accompagner ce développement que les Chinois, achètent des chevaux, développent leur élevage, développent le circuit de compétition, forment des maréchaux ferrants, des dentistes équins…

Thierry Durand qui intervient comme conseiller technique l’affirme : « Les Chinois sont très demandeurs de nos savoirs faire dans le domaine équestre ».

D’autres projets de développement déjà en cours

D’autres projets de développement  sont déjà en cours en Chine dans le monde des courses (les chinois s’intéressent en particulier au modèle français du PMU). Par ailleurs, la région des Pays de La Loire développe un partenariat avec la province du Liaoning autour d’un projet de complexe équestre sur 60 hectares destiné à l’élevage de chevaux, et, à la  formation des chevaux et des hommes.