Clément Boulanger : "Comment notre sport peut-il perdurer ?"

mercredi 15 mars 2017 - Basse-Normandie

  • imprimer

Si Kevin Staut et Steve Guerdat se sont déjà exprimés sur l'augmentation du prix des engagements dans les CSI 2*, 3* et 4*, d'autres cavaliers marchent dans leurs pas, à l'instar de Clément Boulanger. Le Tricolore a hésité avant d'écrire une lettre ouverte. Il est conscient que des cavaliers plus présents dans les médias seront plus largement écoutés, mais le fait que ces changements toucheraient en première ligne les pilotes, qui comme lui, concourent principalement sur ces séries l'a convaincu d'exposer son point de vue.

Clément Boulanger portrait largeP

DR / www.clementboulanger-stables.fr

Clément Boulanger

" Chers acteurs de la filière équine,

Depuis quelques jours maintenant, la presse équestre et les cavaliers partagent et discutent les nouvelles idées et réformes de la FEI.

Hormis le fait d’être alarmé par de telles mesures, je ne pense pas être le seul à réfléchir à l’explication que je peux donner aux propriétaires qui me font confiance quant à ces futurs changements…

Comment expliquer à un passionné que le coût d’engagement d’un cheval sera au minimum doublé sur les labels 2*, 3* et 4* ?

Comment lui faire comprendre qu’avec le système de « computer list », son cavalier ne pourra pas présenter son cheval sur n’importe quel CSI 2* car, seront privilégiés ceux qui ont déjà l’opportunité de performer sur des labels plus importants ?

Comment lui dire que le cheval qu’il a fait naître et auquel il croit tant est une pépite mais qu’avec ces nouvelles règles, il ne pourra pas progresser comme il se doit et faire son ascension vers le haut niveau ?

Comment le motiver à garder sa jument de bonne souche pour la faire pouliner en étant incertain de l’état de santé du marché dans les prochaines années ?

L’Europe peut s’inspirer des américains pour beaucoup mais en matière d’équitation, d’élevage et de développement de produits équins, je pense que notre modèle était pour l’heure profitable à la filière.

La compétition est le résultat du travail quotidien du cavalier, de l’investissement du propriétaire, du challenge que relève l’éleveur, du professionnalisme et de l’implication de l’équipementier.

Avec 100% minimum d’augmentation des tarifs d’engagement dans les labels internationaux, comment notre sport peut-il perdurer ?

Chers décideurs, vous travaillez au profit des riches propriétaires et d’une minorité d’acteurs de notre monde équestre. En continuant ainsi, les cavaliers de cette élite n’auront plus la diversité dans le choix des chevaux que celle que nous leurs offrons aujourd’hui.

Nous cavaliers, nous sommes face à une problématique.

  • Augmentation du tarifs des engagements en compétition :
  • baisse du nombre de participations internationales,
  • diminution du nombre de cavaliers,
  • dévaluation du commerce,
  • décroissance des naissances de chevaux de sport,
  • baisse d’activité de la filière,
  • déclin de l’intérêt pour le sport,
  • dépréciation des propriétaires concernés,
  • décote du sport.

Réfléchissez peut-être à cette spirale… "

Lettre ouverte de Clément Boulanger

  • imprimer

0Commentaires

Dominique L | 16/03/2017 21:05
Réponse à Lettre Ouverte.
Monsieur Clément Boulanger... et tous les autres.
Depuis quelques jours maintenant, la presse équestre et les cavaliers partagent et discutent les nouvelles idées et réformes de la FEI.
Oui, effectivement, vous n'êtes pas les seuls à réfléchir sur l'avenir de notre sport.
Comment expliquer que dans ce sport qui demande la seule et unique acceptation du cheval, son principal acteur, le souci de son bien être soit si peu considéré.
Comment faire comprendre à tous ceux qui sautent sur le dos des chevaux, que ceux-ci ne sont pas des mécaniques.
Comment expliquer à un éleveur qui fait naître que son cheval risque de tomber entre les mains d'un abruti qui ne pensera qu'aux médailles.
Comment dire que le cheval n'est pas un "produit" mais un être intelligent doué de sensibilité.
Comment convaincre que la notion de "marché" n'a rien à faire avec le souci de bien traiter les chevaux.
La France pourrait être un modèle pour le monde entier si elle s'en donnait la peine.
Comment instruire que la compétition n'est pas une fin en soit ?
Comment l'argent peut-il, ainsi,tout régenter pour le malheur de tous ?
Chers décideurs, vous travaillez au profit de la richesse et non à celui de la passion. Vous travaillez pour une minorité qui exploite l'abnégation d'une majorité.
En travaillant ainsi, vous écœurez des générations de jeunes équitants.
Et vous, tous les sportifs qui jouent les gros muscles et les gros bras, arrêtez-vous un peu pour réfléchir si votre comportement avec les chevaux est correcte, honnête et humaine.
Si vous ne le faites pas, alors, le public le fera pour vous et se détournera d'une activité qui ne se montre pas honorable.
Et le cheval disparaîtra.
Dominique Labis.
Président.
ASSOCIATION ETHIQUE DU CHEVAL.



On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 91 Philippe Mull et Alexis Goury

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr