Equitation, courses, élevage...:toutes les tendances de la filière équine

vendredi 14 avril 2017

  • imprimer

L'observatoire économique et social du cheval publie une intéressante synthèse sur les tendances de la filière équine en 2016. Il en ressort entre autres des hausses concernant la production des chevaux de sport, les cavaliers compétiteurs et le nombre de petites structures équestres. L'observatoire alerte aussi sur le risque de sous-approvisionnement du marché du cheval de sport dans les 3 ans à venir.

illustr filière équine largeL

Après 2015, « année de la reprise », l'économie française a de nouveau connu en 2016 une légère croissance (+1,1 % selon l'INSEE). Pour la filière équine, les tendances sont contrastées selon les secteurs d'activité.

 Une production en hausse pour les galopeurs et les chevaux de sport

 En diminution régulière depuis 2010, l'élevage de chevaux reste stable en 2016 avec environ 48 000 naissances comme en 2015. Certaines productions sont à nouveau en croissance comme les galopeurs (+8 % en race Pur sang et +3 % en AQPS) et les chevaux de sport avec +1 % en Selle français et +5 % en Arabe. En poney, les naissances sont stables : le Halfinger, le Poney français de selle et le Welsh sont en croissance alors que les naissances de Shetland et Connemara diminuent. Les autres productions, comme les chevaux de territoire, les chevaux de trait et les ânes, sont en recul.

 

Des marchés variables selon les types d'équidés

Le commerce de Pur sang en ventes aux enchères a été très dynamique en 2016 avec des prix moyens en hausse et un chiffre d'affaires annuel record. Du côté des trotteurs, le chiffre d'affaires total est en baisse de 4 % par rapport à 2015. Sur le marché des chevaux de sport « haut de gamme », les ventes aux enchères en France ont des indicateurs en diminution en 2016 (-9% de prix moyen pour les ventes élites Fences). A l'international, l'année 2016 est marquée par une nette progression des ventes allemandes : les prix moyens des ventes d'Hanovrien, Holsteiner, Westphaliens et Oldenbourg sont en augmentation.

En volume, les achats sur le marché intérieur sont globalement en diminution. En particuliers, les chevaux de courses enregistrent une baisse de 5 % du nombre de transactions (-7 % pour l'AQPS, -6 % pour le Trotteur français et -3 % pour le Pur sang). Les transactions sont stables en chevaux de selle et en croissance de 2 % pour les poneys, ce qui témoigne d'une amélioration du marché.

En légère diminution depuis 2014, les importations d'équidés suivent la même tendance en 2016 avec une baisse de 3 % des importations toutes races. Les tendances sont de -7 % pour les races de chevaux de selle, et -12 % pour les races de poneys. En revanche, les importations d'ONC type selle et poney sont en nette augmentation (+24%). Le niveau d'importation reste soutenu, puisqu'il représente 21 % des naissances (contre 16 % en 2010).

 

Un recul des paris hippiques, une hausse des cavaliers compétiteurs

 Du côté des utilisations, les paris hippiques en ligne sont en baisse pour la 4ème année consécutive, -9 % par rapport à 2015 alors que les paris sportifs progressent plus rapidement, +45 % en 2016.

Les abattages de chevaux, relativement élevés en 2010, ont nettement chuté en 2014 puis la baisse s'est atténuée en 2015. En 2016, la baisse apparaît à nouveau forte, de -17 %.

Côté équitation, le nombre de cavaliers, en régression depuis 2013, décroît de nouveau mais de façon moindre par rapport à 2015 (-1,5 % en 2016 contre -2,3 % en 2015). En revanche, les effectifs de compétiteurs sont toujours en croissance, +1,3 % en 2016, comme le nombre de partants en compétitions.

La demande de chevaux de compétition reste ainsi toujours soutenue alors même que la production française a sensiblement régressé ces 5 dernières années : le marché du cheval de sport pourrait ainsi être sous-approvisionné dans les 3 ans à venir.

 Après une période florissante, la filière équine a connu une période maussade à partir de 2009 où la production d'équidés a commencé à diminuer. Cette période s'est suivie d'une légère diminution du cheptel d'équidés présents sur le territoire à partir de 2013 (-1% entre 2012 et 2014), ainsi que d'une baisse des emplois salariés agricoles. Parallèlement à la diminution des emplois, les établissements équestres ont continué de croître, principalement les petites structures professionnelles (+7 % depuis 2012).

 

Pour en savoir plus, télécharger :

 - La note de conjoncture de janvier 2017 n°26 :

- La présentation des tendances de la filière équine lors de la dernière journée REFErences 2017 :

CF / CP

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 80 Pascal Forabosco

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr