Forum FEI : risques en tous genres évoqués dans le calme
mardi 27 mars 2018

Ingmar de Vos FEI Sports Forum
Ingmar de Vos FEI Sports Forum © FEI

Commotions et accidents, drogues « récréatives » et excès d’alcool, chutes en complet, problèmes liés au réchauffement climatique, on a évoqué toutes sortes de risques lors de la seconde journée du Forum sportif de la FEI, ce mardi à Lausanne. Mais aussi la nomination des officiels ou encore le jugement en dressage. Consensus de mise. Et Ingmar De Vos de se déclarer pour un nouveau mandat.

Sur le net, il faut faire court, mais difficile de résumer le grand nombre de sujets traités ce mardi à Lausanne-Ouchy en quelques lignes. On a un peu sauté de la mule à l’âne, ou à l’étalon, si vous préférez. Il s’agissait tout d’abord de finir le sujet sur la santé et le bien-être de l’athlète (cavalier !), entamé la veille en fin de journée. On n’est plus revenu sur les abus et viols possibles « en circuit trop fermé », mais on a évoqué drogues, alcool et… commotions.

Comme l’a énergiquement dit Sabrina Ibanez, la Secrétaire générale de la FEI, si l’alcool est toléré, « pour les drogues dites récréatives, on n’entre pas en matière, c’est non sur toute la ligne ! ». Sinon on peut être sanctionné, même si les contrôles chez les humains sont nettement moins nombreux que pour les chevaux.

Aucun chiffre n’a du reste été sciemment donné par les animateurs du débat, mais comme nous l’a précisé le président Ingmar De Vos à l’issue des débats : « C’est aussi parce que d’autres organismes, comme les agences nationales anti-dopage, qui ont la main sur ce dossier et peuvent enquêter à tout moment, ou le CIO pour les Jeux olympiques, font des tests, tout comme nous. Pour les chevaux, en revanche, nous sommes les premiers responsables et nos statistiques, très précises, peuvent être consultées ». Corticostéroïdes, amphétamines et autres doivent être bannis, sauf autorisation spéciale.  

Système de rotation pour les officiels

Nous reviendrons plus en détails sur les risques de commotion, que tant les cavaliers de compétition que ceux de balade sous-estiment. Maux de tête ? Convulsions ou vomissements ? Double vision ? Il s’agit d’appeler immédiatement le médecin. Même une chute sur l’épaule peut provoquer une onde de choc jusqu’au cerveau. Le site de la FEI donne moult infos. La Fédération automobile (FIA) effectue des recherches hyper sophistiquées (data, lunettes biométriques, oreillettes, etc.), mais la FEI s’y met aussi.

En complet, on a fait un immense travail pour limiter les risques, comme l’a souligné son « patron », le champion olympique 2000 David O’Connor. Toutes les chutes sont disséquées, les obstacles (670 types différents !) analysés. Il y a tout de même eu 43 accidents sérieux (avec hospitalisation), dont 18 commotions, l’an dernier. L’importance des entraîneurs est capitale.

Cela nous amène aux officiels (au nombre de 8000). Ils seront désormais tous évalués et un concours ne pourra plus avoir les mêmes juges ou stewards plus de cinq ans de suite. S’en suivront deux ans de pause obligatoire. Sauf pour les 5*, où « le système n’est pas prêt », ni pour les chefs de piste. 

On a aussi parlé du réchauffement climatique, qui a provoqué le report des Jeux mondiaux de Tryon d’un mois (mi-septembre) et inquiète pour la suite (à 33°, on devrait reporter un championnat). « Boire, boire, boire », tel est ici le mot d’ordre !

Nous reviendrons encore sur le jugement en dressage, un sujet sans fin, mais que Frank Kemperman espère encore faire avancer d’ici à l’automne. On gardera 7 juges pour les grands événements. Richard Davison a surtout expliqué combien il était difficile de donner des notes à la suite (35 en 6 ou 7 minutes) et ce pendant six ou huit heures… Mais Bettina de Rham pense que les six juges consultés arriveront à expliquer à quoi correspond chaque note et ce pour chaque figure.

Ingmar De Vos candidat à sa succession

Ingmar De Vos et Sabrina Ibanez se sont tous deux déclarés très impressionnés par l’aisance des huit jeunes en vedette lundi et par leurs idées claires. « Nous avions déjà passé la journée de dimanche avec eux et nous avons beaucoup échangé. Dès ce mercredi avec le Bureau de la FEI, nous allons analyser certaines de leurs propositions ». Et la seconde de se déclarer : « Enchantée par ces deux jours, dynamiques et rafraîchissants. Les jeunes présents l’an passé avaient déjà été passionnants et je pensais que ce serait un succès». 

Les 7 et 8 avril, le premier repart pour Dubaï, où se déroulera la conférence sur l’endurance. Pourquoi au Moyen-Orient et pas à Lausanne ? « On a décidé cela à l’Assemblée générale de Buenos Aires, où il y avait de l’incompréhension de la part de cette région sur les nouveaux règlements, mais il y aura des fédérations du monde entier, chacun est invité. »

Le 1er mai sera la limite pour les candidatures à la présidence, mais Ingmar De Vos a annoncé à l'issue des débats à la presse qu’il sera bien candidat à sa propre succession en novembre prochain: « J’ai le sentiment qu’il y a encore beaucoup de choses à faire, on l’a vu ici, pour les jeunes, mais aussi pour les grooms, les officiels, les formats et la promotion du sport, mais on verra, la FEI est une organisation démocratique. »

(Photo d'archive)