Les Assises de la Compétition, dernière étape à Jardy
mardi 06 novembre 2018

Assises de la compétition en Île de France
Les Assises de la compétition ont terminé leur tour de France à Jardy le 5 novembre © Béatrice Fletcher

Comme le président Serge Lecomte en avait exprimé le désir, les Assises de la compétition se sont tenues dans chacune des régions françaises depuis l’automne dernier. Suite au report de cette rencontre en raison du décès de la jeune cavalière Carla Lefaure, victime d’une rupture d’anévrisme en mai dernier, c’est le 5 novembre au Haras de Jardy que l’Ile de France avait convié ses organisateurs, enseignants, dirigeants, officiels et cavaliers à se rencontrer.

Au programme de la journée, suite à un état des lieux global de la compétition présenté par la DTN Sophie Dubourg, l’ensemble des participants, venus en nombre, se répartissait autour de plusieurs tables rondes pour réfléchir, en présence de douze des cadres fédéraux, à la compétition de demain, avec pour thèmes « des compétitions qui répondent aux attentes des cavaliers, des compétitions respectueuses de l’éthique sportive et économiquement viables, et des compétitions optimisées par l’action territoriale. » 

En fin de matinée, Emmanuel Feltesse, entouré des présidents des comités départementaux, accueillait des élus franciliens pour présenter la toute nouvelle « Charte d’Ethique et de Déontologie du Sport ».  Parmi eux, Evelyne Ciriegi, présidente du Comité Régional Olympique et Sportif d’Ile de France, ainsi que Patrick Karam, vice-Président du Conseil Régional d’Ile de France, en charge de la Jeunesse, des Sports, des loisirs et de la citoyenneté. Ce dernier déclarait: « Nous savons très bien ce que le sport apporte à la société. L’Ile de France est une région fracturée, très métissée. On constate des écarts de niveaux de vie importants, 90% des bandes y sont localisées. Notre région concentre les problèmes du territoire français. Le mouvement sportif et les clubs qui maillent le territoire permettent à des jeunes d’être sur le droit chemin, et assurent une mixité sociale partagée où les gens de tous âges et de toutes origines se côtoient. Le sport est le dernier rempart contre les dérives. Les 78 ligues sportives franciliennes avec lesquelles nous avons des conventions ont signé cette charte. Il leur appartient ensuite de faire signer les 19300 clubs et les 2 400 000 pratiquants, toutes disciplines confondues. Cette charte rappelle quelques fondamentaux. Tout acteur, quelque soit son statut, doit être exemplaire à l’intérieur comme à l’extérieur du club. Il en va de la réputation de sa discipline. La charte prévoit un certain nombre de règles de bon sens et peuvent parfois être oubliés. » 

Les dix engagements sont les suivants : respect de l’esprit du jeu, de l’adversaire, de l’arbitre, lutte contre l’homophonie, le racisme, les préjudices à l’encontre des personnes en situation de handicap, les incivilités et la violence, le sexisme, les violences sexuelles, refus du dopage et de la tricherie, et pratique du sport en harmonie avec la nature. Comme Patrick Karam le soulignait, le Conseil Régional finance la discipline équestre à hauteur de 400 000 euros annuels. « Il est important qu’elle participe à ce programme comme elle s’est déjà engagée pour prévenir la radicalisation dans les clubs et lutter contre les atteintes à la laïcité et aux valeurs de la République. » A noter que dans son allocution, Patrick Karam invitait les établissements franciliens à solliciter la région pour bénéficier d’un soutien financier dans l’amélioration ou la rénovation de leurs installations. 

Suite à ce tour de France des régions, une synthèse nationale sera proposée les 15 et 16 novembre à Lamotte-Beuvron (41). Les aménagements et orientations seront présentés à cette occasion avec pour objectif une application au 1er janvier 2019.