Amphétamine : 3 cavalières positives
samedi 23 décembre 2017

Hannah Sue Burnett et Harbour Pilot
Hannah Sue Burnett et Harbour Pilot © www.scoopdyga.photo

La FEI annonce la suspension de 3 cavalières américaines suite à des contrôle positifs lors du CIC*** d'Ocala au mois de novembre. Lors des trois contrôles, l'amphétamine est en cause

Alyssa Phillips a été testée positive à l'amphétamine et  à la canrénone.. Jennie Brannigan a été testée positive à l'amphétamine, au méthylphénidate et à l'acide ritalinique. 19ème mondiale et gagnante du CIC*** d'Ocala avec Harbour Pilot, Hannah Sue Burnett a été testée positive à l'amphétamine. "L'amphétamine est un stimulant utilisé dans le traitement du trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) et de la narcolepsie et couramment vendu sous la marque Adderall aux États-Unis. Le méthylphénidate est un stimulant utilisé dans le traitement du TDAH et de la narcolepsie. L'acide ritalinique est un métabolite majeur inactif du méthylphénidate. La canrénone est un diurétique couramment vendu sous les noms commerciaux Contaren, Luvion, Phanurane et Spiroletan en Europe." précise la FEI

Les deux premières cavalières citées ont immédiatement réagi : Jennie Brannigan a publié la déclaration suivante «Mon récent test positif, bien que dévastateur pour moi, était le résultat d'un médicament qui m'avait été récemment prescrit par mon médecin. Mon utilisation de ce médicament prescrit n'avait absolument rien à voir avec l'amélioration de ma performance sportive, et j'espère qu'une fois que mon explication sera fournie à la FEI, je pourrai retourner au sport que j'aime le plus tôt possible. J'apprécie grandement le soutien de tout le monde pendant cette période. "

Alyssa Phillips a posté sur sa page Facebook: " Je voulais que l'on sache que mon médecin m'a prescrit les deux substances interdites pour des raisons médicales légitimes et que j'ai ouvertement déclaré les deux substances à l'agent de contrôle antidopage dans le cadre du processus d'analyse. Je n'essayais pas d'améliorer ma performance par l'utilisation de l'une ou l'autre substance et mon cas n'est certainement pas celui impliquant l'utilisation intentionnelle d'une substance interdite. Je demanderai à la FEI une exemption d'utilisation thérapeutique rétroactive pour ces deux médicaments prescrits. Si accordé, je ne serai plus accusée d'un test positif. "

Hannah Sue Burnett ne s'est pour l'instant pas exprimée.

Photo d'archive