Docteur Peyo, cheval de cœur

jeudi 15 mars 2018

  • imprimer

Voilà environ deux mois, la vidéo du cheval Peyo et de son propriétaire Hassen Bouchakour en visite dans un hôpital déclenchait sur la toile un véritable « buzz » qui générait un total de 22 millions de vues. Nous les avons rencontrés lors de leur passage à Fontainebleau.

Peyo largeL

Les Sabots du Coeur

Peyo et Hassen dans leur camion Théault largeL

Les Sabots du Coeur

peyo largeP

Les Sabots du Coeur

Peyo et Hassen largeL

Les Sabots du Coeur

Peyo et Hassen dans leur camion Théault

Peyo et Hassen

previous video next video

Hassen, 30 ans, a toujours été passionné par les animaux. D’origine algérienne, mais né à Vinay en Isère, c’est à l’âge de 8 ans qu’il est confié à Bernard Dolques, un marchand qui l’élève comme son fils, mais  « à la dure » et découvre les chevaux.  Dès l’adolescence, le jeune homme se destine au spectacle. « J’ai la chance d’être danseur, contorsionniste, acrobate et cavalier. Ma spécialité est d’être sur de tout petits espaces confinés. Je mets en scène à la fois mes connaissances équestres sur la haute école à la française, et l’art de la fauconnerie issu du Maghreb. »

Outre sa carrière d’artiste, Hassen et Peyo, un étalon barbe arabe de 14 ans, se sont lancés depuis près de six ans dans une activité bénévole qui consiste à visiter les patients dans les hôpitaux, maisons de retraite et établissements psychiatriques.  « Notre action s’inscrit dans un cadre scientifique de recherche avec des professionnels de santé dans les domaines de la pédiatrie, de la gériatrie, de la maladie d’Alzheimer, la psychiatrie et l’accompagnement des enfants et adultes en fin de vie. Nous sommes là pour compléter leur action et essayer de mettre en place une connexion avec les patients par l’intermédiaire du cheval. J’avais remarqué que Peyo, qui est plutôt froid, indépendant et solitaire, a toujours montré une sensibilité particulière avec les personnes fragiles, y compris avec moi à une période de ma vie où j’ai vécu un choc émotionnel important. Il est doué d’une véritable capacité à l’empathie.  Actuellement, nous faisons deux visites par semaine, nous voyons  trois patients par jour pendant un quart d’heure, dans les cinq établissements qui entrent dans le cadre des recherches, à savoir à Calais, à Dijon, en Isère, en Alsace et dans le Sud. »

Avant de faire sa première visite à des patients, Peyo a du subir une formation de deux ans pour apprendre à marcher sur le carrelage, à maîtriser son équilibre, à emprunter l’ascenseur. Pendant les deux jours qui précèdent chaque visite, Peyo se plie à un protocole sanitaire très précis. « Il est déparasité, shampouiné avec des produits naturels antiseptiques et anti bactériens, ses crins sont tressés, ses sabots traités avec une huile de laurier qui a des vertus antiseptiques, sa fourchette est traitée avec un mélange de vinaigre et de miel, son corps est soigneusement dépoussiéré, puis couvert ainsi que ses membres. Il a aussi appris à faire ses besoins naturels  sur commande, comme les chevaux de spectacle.  Peyo est sensible à certaines personnes, il se dirige vers elles, s’approche, renifle, souffle, jusqu’à trouver quelle partie du corps est malade.  Il lui arrive de lécher le membre qui ne fonctionne plus par exemple. »

Les Sabots du Cœur

Pour Hassen et Peyo, cette pause bellifontaine était l’occasion de prendre possession d’un véhicule flambant neuf offert à l’association « Les Sabots du Cœur » par la société Théault,  l’un des partenaires tout comme les produits Kevin Bacon, Equimove, Equideo, ou le groupe Payre qui nourrit le cheval. Hassen le souligne :  "ce véhicule répond à des normes sanitaires obligatoires  pour le cheval, mais aussi aux exigences permettant l’accès aux résidents en en refermant les parois. Tout est amovible et peut être sécurisé. Le pont a été construit de sorte que le cheval puisse passer directement du camion à l’hôpital, pour respecter les conditions d’asepsie. C’est un cadeau incroyable !  Ce projet est formidable car il fédère tout un réseau de gens. Nous sommes tous là pour l’humanité. »  Hassen le précise, outre le fait de rendre visite aux personnes qui ne peuvent plus sortir de leur chambre et encore moins aller à l’extérieur, le projet est de créer en Isère un centre d’hébergement pour les personnes en fin de vie en forme de fer à cheval avec une mini ferme au milieu, de sorte qu’elle aient en permanence de leur chambre la vue sur les animaux.  Souhaitons que l’émotion suscitée par cette belle initiative motive des mécènes à participer au projet !

https://fr-fr.facebook.com/lessabotsducoeur/

Béatrice Fletcher

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 96 - Fabien et Grégory Rulquin

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr