Le premier haras où l’on a élevé des purs sangs en France vendu au Qatar
samedi 22 mars 2014

victot illustr
victot illustr

En droite ligne d’une tendance contemporaine où les joyaux du patrimoine architectural hexagonal sont convoités par les pétro dollars des Pays du Golfe, le célèbre Haras de Victot-Pontfol au cœur du Pays d’Auge n’est plus français. L’oncle de l’Emir du Qatar s’en est récemment porté acquéreur pour 6,5 millions d’€.

Pièce maîtresse d’une architecture rurale sobre datant du XVIème siècle avec une belle alternance de colombages, briques et essentages d’ardoise sur les toits, des prairies alentours, le Haras de Victot avait d’abord appartenu au fournisseur de grains et fourrages de Napoléon. Ses façades, les toitures et les douves font l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques depuis le 27 juillet 1953, le reste, y compris les bâtiments du haras et l'ancienne église paroissiale Saint-Denis de Victot, est inscrit. Victot était depuis 1798 dans la même famille, celle des Aumont. « Suite au décès de Monsieur Pierre Aumont en 1950 le haras était resté vide pendant trois ou quatre ans » indique Roland Monnier locataire ici depuis 18 ans. Le célèbre marchand de tableaux Daniel Wildenstein l’a loué pendant 17 ans « C’est ici qu’ont grandi tous ses champions…et Dieu sait s’ils furent nombreux. Parmi eux la fameuse pouliche Allez France gagnant de l’Arc de Triomphe en 1974 » jusqu’à ce que le site soit de nouveau inoccupé pendant près de 4 ans. Puis l’industriel Dupont de Nemours a loué 15 ans ce haras mythique dont les premiers boxes datent d’une centaine d’années environ. 

Commentaires


NICOLE L | 22/03/2014 13:22
et alors ! ben oui le patrimoine français demeure encore en France , pour combien de temps? , en attendant qu'il s'en aille pierre par pierre pour briller sous d'autres horizons NL