Le fabuleux destin d'Al Capone II
mercredi 04 novembre 2015

al capone
La statue d'Al Capone II à Auteuil © Paris Turf

Tout comme son homonyme, le plus célèbre des gangsters américains du XXe siècle, Al Capone II a marqué les mémoires collectives. Mais d'une manière beaucoup plus honorable. Contrairement au parrain de la mafia de Chicago, ce petit cheval pétri de classe n'a rien volé à personne, bâtissant sa légende grâce à son incroyable talent de sauteur, son moral d'acier et son exceptionnelle longévité.

Son nom restera éternellement lié à deux autres monstres sacrés de l'obstacle partis trop tôt, son entraîneur Bernard Sécly et son fidèle jockey Jean-Yves Beaurain.

Tout commence à la fin des années 80 quand Jacques Cyprès et son épouse Andrée, fille de René Couétil, éleveurs installés dans la Nièvre, imaginent un croisement génial entre Italic, un Selle Français, et L'Oranaise. Et c'est ainsi que naît en 1988 Al Capone II, propre frère du champion en devenir The Fellow. Petit par la taille (1,62 mètre au garrot), Al Capone II est acheté par Robert Fougedoire qui le confie à Bernard Sécly. Et rien ne laissait présager qu'il allait devenir un crack de légende. Le poulain était très tendu. Il tirait énormément. Ses débuts à Enghien à l'âge de 4 ans furent catastrophiques. Mais Bernard Sécly n'est pas homme à s'avouer vaincu au premier échec. Ce véritable maître de l'obstacle entreprend alors un travail d'orfèvre sur son cheval. Le résultat est immédiat puisqu'il ouvre son palmarès dès sa sortie suivante sur le steeple d'Auteuil, un hippodrome qu'il ne quittera plus jamais. C'est alors le début d'une longue série de victoires au plus haut niveau.Souple comme un chat, mais plus performant en terrain lourd, “Pompon”, comme le surnommait affectueusement son mentor, remporte son premier classique en 1992 à l'occasion du Prix Maurice Gillois. L'année suivante, il termine deuxième d'Ucello II, son grand rival de l'époque, dans le Grand Steeple-Chase de Paris. Il prend sa revanche cinq mois plus tard en s'imposant de toute une classe dans le Prix La Haye Jousselin. Une épreuve qu'il remportera pendant sept années consécutives (de 1993 à 1999). Un record stratosphérique qui n'est pas près d'être battu. Autre temps fort de sa carrière, son triomphe tant attendu dans le Grand Steeple-Chase de Paris en 1997. Trois ans plus tard, à l'âge de 12 ans, Al Capone II tire sa révérence à l'issue de sa deuxième place derrière le crack First Gold dans son épreuve de prédilection, le Prix La Haye Jousselin.Avec 26 victoires en 65 courses et 2,6 millions € (17,2 millions de francs) de gains, Al Capone II est le cheval le plus populaire de l'histoire des courses d'obstacle en France. Des performances extraordinaires qui lui ont valu d'avoir sa statue de bronze érigée dans l'enceinte de l'hippodrome d'Auteuil.Aujourd'hui âgé de 27 ans, Al Capone II est un retraité heureux. Il coule des jours paisibles dans le centre d'entraînement de Chantilly. Mathieu Vincent, directeur du centre et de l'hippodrome cantilien, est admiratif d'une telle longévité : “Cela paraît un peu insolent mais Al Capone va très bien. Il est vraiment en pleine forme. Il sort tous les jours sur les Aigles pendant trente ou quarante minutes et va de temps en temps au paddock. Il a bon poil, bon œil. Le vétérinaire ne vient pas souvent le voir. Le seul hic, c'est qu'il nous coûte très cher en carottes et en sucres (rires).”
Toute l'info des courses est sur www.paris-turf.com