Baisse des allocations : la grogne des professionnels

mercredi 11 octobre 2017

  • imprimer

France Galop et Le Trot soumettront dans quelques semaines leurs budgets 2018 à l'Etat avec un impératif : faire des économies. Du côté du galop, les premiers débats ont eu lieu hier et les réactions des professionnels au sujet d'une baisse des encouragements ne se sont pas faites attendre. Le dernier conseil d'administration du trot a également fait apparaitre de vives tensions autour du même sujet.

Illustr France Galop largeL

Scoopdyga

Face à la situation financière particulièrement difficile qui se profile pour l'année 2018, France Galop prévoit un plan d'économie drastique qui réside la suppression des encouragements à hauteur de 25 millions. Le public n'y verra rien, dans la mesure où les allocations inscrites sur les programmes ne changeront pas pour les courses PMU, mais l'institution compte sur d'autres biais afin de remplir les caisses. Sont notamment visées les primes aux propriétaires et aux éleveurs, dont les réductions devraient permettre une économie globale de 14 millions d'euros. S'y ajouteraient une nouvelle baisse des indemnités de transport et la suppression de "l'aide TVA", une compensation allouée pour chaque cheval à son propriétaire et qui visait à amortir la hausse de la TVA actée en 2014. Enfin, les allocations des courses PMH devraient également être baissées, afin d'inciter à présenter les chevaux dans les courses PMU.

Rapidement après l'annonce de ces possibles mesures, de nombreuses voix se sont faites entendre. Entraineurs, propriétaires, regroupements tels qu'Equistratis font tous le même constat : les premiers touchés par ces changements seraient les petits et moyens propriétaires là où "la raison aurait voulu que toutes les catégories participent à hauteur de leurs moyens à l'effort collectif", livrait Mathieu Boutin, président de l'Association des entraineurs propriétaires, dans les colonnes de notre confrère Paris-Turf. "Ce plan, sous sa forme actuelle, s'attaque malheureusement au moteur principal de l'institution sans qui le financement de nos plus belles courses ne saurait être assuré. On peut facilement imaginer les conséquences d'une telle politique à moyen voire à court terme : baisse importante du nombre de chevaux à l'entrainement, réduction du nombre de propriétaires puis de nos entraineurs et par voie de conséquence une nouvelle chute du revenu net pour l'institution par une baisse des enjeux", poursuit-il.

La baisse des enjeux, causée par l'ouverture à la concurrence, est une des principales raisons des problèmes financiers de France Galop, mais nombreux sont ceux qui dénoncent aussi le coût du "Nouveau Longchamp", considéré par beaucoup comme une dépense innapropriée en temps de crise.

Le Trot, intimé par l'Etat de présenter un budget avec des économies plus marquées

Du côté du Trot aussi, les professionnels ont les nerfs à vif après la réunion des administrateurs mercredi 4 octobre, pendant laquelle il a été annoncé qu'une baisse des allocations était envisagée par le président Dominique de Bellaigue. Un coup de massue pour les professionnels qui avait encouragé, par le biais d'un vote de confiance, le "Plan de Pérennisation", une stratégie permettant à l'institution des courses de trot de parvenir à un équilibre financier non pas en 2018, mais en 2019. Egalement joint par Paris-Turf, Dominique de Bellaigue avouait avoir reçu une mise en garde de l'Etat afin de "présenter un budget avec des économies beaucoup plus marquées en vue de l'exercice 2018. Le Trot a le devoir de se rapprocher sensiblement de l'équilibre, alors que certains membres du conseil d'administration ne l'auraient souhaité qu'en 2019. En ce qui concerne les allocations, je ne change pas de discours, j'ai toujours dit que ce serait le dernier levier actionné". Du côté du Syndicat national des propriétaires de trotteurs, la position est claire : il faut s'en tenir au plan de départ, à savoir arriver à l'équilibre en 2019 et avoir un déficit maximum de 15 millions d'euros en 2018, supportable par trésorerie de la discipline. Alors une baisse des allocations est-elle vraiment à prévoir pour les courses de trot ? Une réunion prévue prochainement devrait permettre d'en savoir plus.

Myriam Rousselle

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 94 - Benoit Cernin

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société


ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr