PMU : enfin la reprise des enjeux !
mardi 16 janvier 2018

Illustration PMU
Illustration PMU © Scoopdyga

Le PMU vient de publier son rapport d'activité pour l'année 2017. Un bilan encourageant, marqué notamment par une hausse des enjeux sur les paris hippiques, bien que le produit brut soit en léger recul.

Si depuis quelques années, les bilans annuels du PMU ne donnaient pas beaucoup de raisons de se réjouir, en ce début 2018 l'entreprise de paris sportifs peut enfin souffler ! La rapport d'activité de 2017 vient d'être publié et la reprise des enjeux globaux sur les paris hippiques (plus de 9 milliards d'euros sur l'année, équivalent à une hausse de 2% par rapport à 2016) est la bonne nouvelle de ce début d'année. Conjugués à une hausse des paris hippiques à l'international de 10%, véritable relai de la croissance, ces chiffres sont très encourageants pour l'avenir de la filière. 

Une reprise d'activité qui découle directement du plan stratégique 2020.1, mis en place courant 2017, et qui s'articulait autour de trois axes principaux (l'innovation dans les produits et services proposés, la transformation du réseau de points de vente et le développement international) ainsi que du plan de performances engagé en 2016. De nouvelles formules de paris ("Simple Jackpot" et "Super 4") ont ainsi vu le jour et ont été appréciés des parieurs, tout comme le pari par SMS, qui continue son développement et connait un franc succès (93 millions d'euros d'enjeux). Le réseau compte désormais 13 350 points de vente (150 de plus en un an) mais l'activité dans le réseau en dur reste fragile (-0,7 % des enjeux) et c'est donc la dématérialisation de ces points qui redonne du souffle au PMU. Les paris "online" enregistrent une hausse de 7,3% dont une augmentation de 22% uniquement sur les mobiles. Enfin le développement à l'étranger a été marqué par le lancement de PMU Bet à Madagascar et à l'île Maurice.  Ces résultats permettent au PMU de tenir ses engagements concernant le résultat net entièrement reversé à la filière hippique. 

Quels objectifs pour 2018 ? 

Alain Resplandy-Bernard, président intérimaire du PMU depuis la démission de Xavier Hurstel en septembre dernier (lire ICI), ne peut évidemment que se réjouir de ce bilan : « les premières réalisations du plan PMU 2020.1 produisent leurs effets et le PMU a retrouvé le chemin de la croissance en 2017. Nous sommes en avance sur notre feuille de route à l’international et la France retrouve la croissance après 5 années de baisse. Notre projet reste très ambitieux. En 2018, l’objectif est d’être en croissance sur tous les segments de jeux, sur tous les marchés et sur tous les vecteurs de commercialisation, et de faire refranchir de façon pérenne la barre des 800 M€ à notre résultat net. Je sais que les équipes du PMU sont prêtes à relever ce défi, pour retrouver une croissance durable et rentable de l’activité, au profit de la filière hippique ».

Le ton est donc donné : l'objectif est de faire durer ce retour à la croissance. Pour ce faire, la mise en oeuvre du plan 2020.1 se poursuivra, avec toujours la mise en place de deux nouveaux paris et services par an. Le développement à l'étranger reste aussi un cheval de bataille et c'est vers l'Afrique que le PMU compte se tourner maintenant, tout en continuant de prospecter en Chine. "La filière cheval française, dont l’excellence a été symbolisée par le cadeau présidentiel du cheval Vésuve de Brekka (lire ICI), trouvera en Chine un potentiel de développement futur indéniable", affirme le PMU.