Laurens, nouvelle reine de Chantilly
mardi 19 juin 2018

Laurens, gagnnate Prix de Diane 2018
La joie et la fierté de Patrick-Joseph McDonald, jockey de Laurens, gagnante du Prix de Diane 2018 © Scoopdyga

Dimanche à l'hippodrome de Chantilly, les meilleures pouliches de trois ans étaient au rendez-vous pour en découdre dans le Prix de Diane. L'édition 2018 du classique cantalien a été enlevée par Laurens (Siyouni), qui a par la même occasion fait briller l'élevage français bien qu'elle soit sous entrainement britannique.

Aucune jument depuis Sarafina en 2010 n'avait réalisé le doublé St Allary (Gr1)-Prix de Diane. Dimanche sur la piste de Chantilly, Laurens, la protégée de l'entraineur britannique Karl Burke a mis fin à cette série ! La fille de Siyouni, élevée par François-Melchior Mathet s'est imposée dans la course de l'année qui fait rimer performance et élégance. Malgré son numéro 12 dans les stalles, Laurens est bien partie et s'est vite retrouvée dans le groupe de tête. Allante en début de parcours, elle a évolué aux côtés de l'animatrice Luminate avant de passer à l'attaque à l'entrée de la ligne droite. Très courageuse, elle a pris l'avantage à 300m du poteau et a répondu à toutes les attaques, et notamment celle de Musis Amica. Très mal partie, la fille de Dawn Approach s’est montrée froide dans le parcours, en dernière position, à plusieurs longueurs du peloton. Elle a finalement fait un remarquable effort dans la ligne droite en pleine piste pour remonter tout le peloton et accrocher la deuxième place. L'arrivée de cette édition 2018 du Prix de Diane aura été fort disputée, puisque Homérique a longtemps fait illusion pour la victoire mais s'est finalement classé 3e. 

Une fin de course à suspense qui n'a pas manqué de faire vivre les montages russes émotionnelles au propriétaire de la gagnante, John Dance : "C’est une pouliche incroyablement bonne. Elle a un cœur plus gros qu’elle. Elle est incroyable. Ca a été dur pour moi dans les 400 derniers mètres… Mon cœur s’est arrêté de battre. Mais elle est tellement dure… Elle bat toujours ce qu’elle a à battre. Cette semaine, elle n’était pas la favorite. Mais elle a montré tout son talent aujourd’hui. Maintenant, nous allons peut-être courir les Oaks d’Irlande, mais elle vient d’avoir trois courses dures. Donc nous allons peut-être attendre les Yorkshire Oaks en août. Et nous reviendrons peut-être en France pour l’Arc ". Une joie partagée par le jockey de la pouliche, Patrick-Joseph McDonald, qui courrait pour la première fois un classique de cette importance, lui qui était encore jockey d'obstacles il y a quelques années : "Elle a été magnifique. Elle a fait tout ce que je lui ai demandé. J’ai attendu toute ma carrière d’avoir une pouliche comme ça. Il y a quelques années, j’étais encore jockey d’obstacle. Mais j’ai toujours eu confiance en moi. Dans ce métier, il faut avoir les chevaux et les gens qui vous font confiance. Et aujourd’hui, je veux remercier ceux qui m’ont fait confiance. Vous ne pouvez pas savoir à quel point c’est important pour moi ". Une confiance que lui a notamment donnée Karl Burke« Laurens a été extrêmement bien montée. Son jockey n’a jamais paniqué. Il a laissé rouler la pouliche. C’est une super pouliche, une battante. Elle était peut-être sous-estimée, mais avec tout ce qu’elle a fait… Elle a montré sa dureté aujourd’hui". Et l'entraineur anglais de conclure : " C’est la victoire d’une équipe. On ne gagne pas de grande course sans une grande équipe. Il faut remercier Lucy qui s’occupe d’elle tous les matins ".