“Cornulier” - Anthony Barrier remet son titre en jeu

vendredi 20 janvier 2012 - Vincennes

  • imprimer

“Une place serait déjà très bien” - Il y a un an, Anthony Barrier remportait sa 200e victoire… dans le Prix de Cornulier, associé à Olga du Biwetz (notre photo)!

paris turf Anthony Barrier  largeL

Nous retrouvons le jeune papa âgé de 25 ans, un an plus tard, avec un palmarès qui s'est depuis étoffé de 106 succès… Une ascension fulgurante à laquelle le jeune homme ne s'attendait pas forcément.

- Anthony, revenons un peu sur votre année 2011… A-t-elle été à la hauteur de vos espérances ?
- Bien au-delà ! C'est ma plus belle. Avant le coup, je m'attendais à faire aussi bien que l'année précédente,
soit une soixantaine de succès… En début d'année, Jean-Paul Marmion m'avait dit que je pourrais envisager les 100 succès ; je dois avouer que je le trouvais un peu gourmand sur ce coup… Mais comme bien souvent, le “Chef” ne s'était pas trompé !
- Et ce “Cornulier” avec Olga du Biwetz, vous attendiez-vous à le remporter si facilement ?
- Honnêtement, le gagner, pourquoi pas, mais de cette façon… On avait une petite chance, bien sûr, mais il y avait de l'opposition. Olga du Biwetz a été formidable, généreuse, comme à son habitude. À mi-ligne droite, l'adrénaline montait déjà. C'était fait ! En tout cas, cela va rester un très grand souvenir.
- Pouvez-vous nous donner des nouvelles de la championne ?
-Aux dernières nouvelles, elle va très bien. J'ai récemment eu son entourage au téléphone, qui m'a assuré qu'elle profitait bien de sa nouvelle carrière de poulinière. Elle a bien mérité cette belle retraite dorée.
- Cette année, vous serez probablement sur le dos de Tango Quick dans le championnat du monde du trot monté…
- Oui, normalement, je serai de la partie ! J'avais déjà eu l'occasion de le monter dans sa jeunesse. Il était très tendu, fougueux ; il en faisait trop. Désormais, il semble s'être assagi. Il est en forme, comme le prouve sa dernière victoire et a déjà montré qu'il avait aussi de la tenue. En préservant sa pointe de vitesse, il est capable de finir vite. J'aurais du mal à défendre mon titre mais prendre une place serait déjà très bien.
- N'est-ce pas un regret de ne pas pouvoir y participer avec la jument de l'écurie, Roupie Blonde ?
- Pas forcément… C'est une jument qui a un super moteur, mais elle manque de vitesse pour rivaliser au plus haut niveau. Elle pourrait les suivre jusqu'à l'entrée de la ligne droite, mais je pense qu'elle aurait du mal à soutenir la comparaison en final. En qualité intrinsèque, elle doit valoir Roi du Lupin, mais il lui manque la petite étincelle, celle qui pourrait lui permettre de briller dans un “Cornulier”.
- Roi du Lupin, parlons-en justement, c'est lui qui vous a offert votre 100e succès de l'année.
- Oui, un beau cadeau la veille de Noël ! Roi du Lupin m'a beaucoup apporté en 2011. C'est d'ailleurs avec lui que j'ai vécu mes meilleurs moments cette saison. Toutes ses victoires ont une saveur particulière. En gagnant à ce niveau, il a récompensé le travail de toute une équipe, celle de Jean-Paul Marmion.
- L'écurie a vécu l'une de ses plus belles années en 2011. Y êtes-vous pour quelque chose ?
- J'ai surtout la chance d'être arrivé au meilleur moment. J'ai débarqué à l'écurie début 2010, au moment où les générations exceptionnelles de “R” et de “T” ont “explosé”. J'ai un peu récolté les fruits d'un travail de longue haleine, orchestré de main de maître par Jean-Paul Marmion. Je lui dois d'ailleurs énormément. En arrivant, je n'avais qu'une victoire à l'attelé (N.D.L.R. : Il en compte désormais 100). Il m'a fait confiance et m'a tout de suite fait mener quasiment toutes les premières chances, que ce soit à l'attelé ou sous la selle.
- À ce sujet, avez-vous une préférence entre les deux spécialités ?
- Je préfère monter un bon cheval qu'en atteler un mauvais. Et je préfère atteler un bon cheval qu'en monter un mauvais ! C'est clair, non ? (rires)
- Des chouchous dans l'écurie ?
- Pas vraiment. J'aime beaucoup Triode de Fellière, qui est de la graine de championne, mais aussi, à un niveau inférieur, Talicia Bella (N.D.L.R. : qui sera de la partie aujourd'hui, à Vincennes), un régal à driver ! Roi du Lupin et Roupie Blonde m'ont apporté de belles satisfactions… Mais je n'ai pas vraiment de préférence, je les aime tous !
- En 2011, vous êtes également devenu papa d'une petite Lola. N'est-ce pas trop difficile à gérer lorsqu'on fait un tel métier ?
- Disons qu'elle a la chance d'avoir une maman exceptionnelle ! C'est vrai que parfois, on a envie d'être un peu plus souvent à la maison, mais lorsqu'on fait ce métier, il faut savoir faire des sacrifices. C'est d'abord le métier avant tout. Hélène, ma compagne, connaît le milieu pour avoir travaillé quelques années chez Yves Dreux. Elle sait à quel point c'est compliqué de pouvoir se “libérer”. Malgré tout, on arrive à gérer et on sait apprécier les bons moments en famille !
- Que peut-on vous souhaiter pour 2012 ?
- De ne pas faire pire (rires) ! J'espère surtout que l'on va continuer à me faire confiance. Et si on peut refaire la même année qu'en 2011, cela serait super.

Toute l'info des courses est sur www.paris-turf.com

Propos recueillis par Jérémy Jevy pour Paris Turf

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 96 - Fabien et Grégory Rulquin

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr