Apassionata le spectacle équestre en Art majeur !
vendredi 16 mars 2018

apassionata 2018 Sylvie Willms
Sylvie Willms © Florence Chevallier

La compagnie « Apasionnata » a depuis 15 ans conquis ses lettres de noblesse dans la production du spectacle équestre de grande qualité. Cette année, la tournée européenne 2018 a présenté au public une version francophone à Bruxelles de son spectacle « Companions of Light », un spectacle qui regroupe depuis toujours des grands noms européens du spectacle équestre dont de nombreux artistes français.

Voilà, plusieurs années, maintenant que la Compagnie nîmoise Hasta Luego en fait partie. Avec pour carte de visite, des numéros de voltige spectaculaire et du dressage de haute école. Mais Bruxelles a assisté au grand retour avec un vif succès de Sylvie Willms, la célèbre artiste belge, de dressage en liberté qui vit en France en Bourgogne.

 

Sylvie Willms ; en mystérieux danseur, derviche tourneur que rencontre en Afrique, Alana (Maïa Medrano première ballerine de ballet), l'héroïne, le fil conducteur du spectacle ; a subjugué le public avec son numéro de liberté accompagnée de ses 14 chevaux sur fond de décor africain.

Beaucoup suivent depuis de nombreuses années la carrière de la jeune femme ; une magicienne de la liberté qui reprenait pour le plaisir de tous la tournée européenne après quelques années d'absence. Car la relation fusionnelle que l'artiste entretient avec ses magnifiques chevaux se prolonge et même se magnifie en piste et ne laisse aucun spectateur insensible. Offrant, un moment de pure émotion, où les chevaux et l'artiste se lancent dans une danse envoûtante; à l'unisson dans une chorégraphie qui témoigne de l'intimité qu'a su créer Sylvie Willms avec ses chevaux. Elle tient à ce qu'ils s'amusent.

« J'aime surtout que le plaisir soit réciproque avec le cheval .  Le cheval de me voir m'amuser en piste, ça l'ouvre aussi et il a envie de jouer, de participer » explique avec une belle évidence l'artiste. Et le numéro de derviche tourneur, dansant, tournoyant avec élégance lui va comme un gant car « j'aime bien danser naturellement comme je joue souvent avec mes chevaux, j'aime mettre de la musique ». Et, c'est là, l'un des secrets de Sylvie : le plaisir des ses chevaux à exécuter leurs numéros en spectacle aux côtés de leur dresseuse. C'est, cette belle énergie complice que le public reçoit avec beaucoup de bonheur. Ses purs sangs arabes russes - ses parents étaient exportateurs de chevaux russes - et son poney welsh « Sierd » premier de la classe, et bien sûr ses splendides frisons ont tous été formés en dressage classique. Puis, c'est le feeling qui opère. « Ma méthode de dressage, c'est le feeling. J'écoute le cheval et je fais avec ce qu'il m'offre ».  Cette belle relation « se crée, à force de s'occuper d'eux, d'être près d'eux ». Au début, toute jeune « ma mère m'a appris à monter à cheval en jouant puis j'ai appris à monter classiquement. Elle faisait de la compétition en dressage, mon père du dressage à pied ». Une approche du travail que Sylvie a su conserver et appliquer à ses chevaux car « ils aiment apprendre des choses, de nouveaux numéros. Et ils sont toujours prêts pour faire l'exercice. Dès qu'ils doivent apprendre des pas de danse, ils vont aimer et les apprendre facilement. En spectacle, lorsque je bouge et je tourne en piste, je dois quand même rester à l'écoute. Quand je vois l'oeil du cheval qui a besoin de réconfort aussitôt je diminue le rythme ». Car comme le raconte si joliment Sylvie avec ses chevaux, ils forment une équipe qui s'entraide. « Parfois, ce sont mes chevaux qui m'aident à coacher le groupe mais quand ils y vont et se lâchent sur la piste, on peut s'amuser tous ensemble.... ».

 

L'Hasta Luego Académie existe depuis 5 ans ; elle a pour piliers Laury Tisseur, Raffaele Di Palma responsables de l'équipe et Yahn Dallo. C'est Erik Hasta Luego qui a créé cette compagnie. Il faut dire que la voltige est une seconde nature pour ce détenteur du record du monde du passage sous un cheval au galop en 12 secondes et il a les outils pour préparer les numéros demandés par le metteur en scène d'Apassionata. Car il y a plusieurs contraintes comme le souligne l'équipe « il y a aussi la présence en piste des danseurs, des numéros avec du feu et il faut réaliser les figures sur une piste plus petite qu'à l'accoutumé  ». Mais assurent-ils : « Erik est un grand professionnel et les voltiges sont paramétrées pour laisser peu de place au hasard ». Il en ressort en piste, une équipe soudée par la passion du spectacle équestre et soucieuse de la sécurité des uns des autres. « On est toujours en train de se surveiller. Ton ami est là pour intervenir avant que l'accident ne se produise »

Laury Tisseur est un nom que le public connaît bien désormais pour son numéro de poste hongroise.  Le voltigeur s'appuie sur une solide base de dressage classique et prouve qu'il « aime les challenges ». Et il s'y emploie avec d'autant plus de fougue que l'artiste offre un joli numéro de poste hongroise à 6 chevaux lors du tableau du magicien chinois. Une discipline à laquelle, depuis 10 ans, il travaille pour progresser et offrir des numéros qui font sensation auprès du public d'Apassionata.

Incontestablement, l'amour des chevaux et la passion du spectacle unie l'ensemble des artistes de la tournée. Ils offrent le meilleur d'eux-même pour le plus grand plaisir du public.

Bruxelles va fêter les 60 ans de son plus emblématique monument l'Atomium. Les 23, 24 et 25 Mars, un grand week-end festif va marquer le début de cet anniversaire. Et pour ses 60 ans, l'Atomium célèbre l'Expo 58, à travers 3 nouvelles expositions regroupées sous le nom de Galaxy 58.