Feria de Méjane : une 37éme édition "Arty" avec Lucien Grüss
mardi 17 juillet 2018

© Florence Chevallier

Le domaine de Méjanes a toujours été un haut lieu de la feria qui a accueilli de nombreux artistes, tels Pablo Picasso, Luis Mariano ou encore Manitas de Plata, des "amis" de Paul Ricard. Depuis, Michèle Ricarda repris le flambeau. Cette année, elle a souhaité rendre hommage aux artistes accueillis par son père.

Rendre hommage à ceux qui sont passés, mais aussi, le 21 juillet, continuer à faire découvrir, dans la même démarche artistique et relationnelle, les acteurs de la région, sculpteurs, photographes, peintres, écrivains, couturiers, cavaliers...avec pour invité d'honneur Lucien Grüss. Le public pourra découvrir la démonstration équestre du maestro, lors du show d'ouverture du rejon d'or. Carte blanche a été donné à Tom Garcia, peintre local, afin de réaliser l'affiche de cette nouvelle édition à la demande de Lola Jalabert. "Je connais Lucien depuis 1990 et je me suis appuyé sur le travail de dressage pour réaliser mon affiche avec un cheval cabré", a-t-il expliqué. Une œuvre très colorée autour du cheval Camarguais pour un thème qui célèbre cette année l'art et la liberté.

Bien sûr, le domaine Paul Ricard, ce sont aussi, les Étoiles de Méjanes, avec quinze jeunes talents "passionnés", comme le souligne l'artiste équestre Vincent Liberator, organisateur de ce concours avec pour jury, Jean-Charles Andrieux, Denis Marqués et Max Vendrell. Au programme également, une nouvelle compétition de Doma Vaquera qui prendra ses marques, le trophée Joachin Oliveira. Autre temps fort de cette journée, la quarante-septième Corrida du Rejon d'Or, fera vibrer les arènes du domaine avec le retour du maestro Diego Venturaet, et son magnifique cheval torero Dolar, avec lequel Diego tore sans la bride. Pour ravir le célèbre Rejon d'or, il aura face à lui Leonardo Hernandez et son classicisme qui a su faire ses preuves depuis plusieurs années; il entend bien se classer parmi les plus grands. Sergio Galan, le madrilène, retrouvera les arènes de Méjanes.

Lucien Gruss, "pour la beauté du cheval"

C'est un retour au source pour Lucien Gruss à Méjanes. "J'ai débuté dans le sud grâce à Luc et Marc Jalabert en 1984." Et cette année, il en est l'invité d'honneur où, il y présente le livre de sa vie, Pour la beauté du cheval, "un travail de deux ans. Relatant les origines de son métier, "ce n'est pas un livre sur les secrets de dressage. Mon père, (Alexis Gruss) m'a dit : sois un homme de cheval avant de manier les chevaux". Mais plutôt, le récit de la vie d'un enfant né dans une famille de légende. "Ce qui m'a fait connaître avec mon premier groupe de chevaux de liberté, c'est d'avoir proposé un numéro de spectacle de cirque hors du cirque". Il évoque la rencontre avec Luciano Pavarotti. Suivant les conseils de son père, Lucien est allé à la rencontre d'autres cavaliers et s'est formé. Et l'artiste équestre a même été reconnu comme écuyerpar le Cadre noir de Saumur, sans pour autant avoir intégré l'école. Un fait unique dans les annales du Cadre. Aujourd'hui et en parallèle de sa carrière, il a lui aussi formé et entraîné des cavaliers de compétition. "C'est un livre qui parle de ma famille", souligne Lucien. "J'avais six ans lorsque j'ai présenté mon premier groupe de chevaux en liberté. Mes enfants montent eux aussi à cheval. Mon fils Louis, dix ans, anime la fête de la feria de Nîmes." Un joli livre qui relate la carrière d'un cavalier et fantastique dresseur qui grâce à cet ouvrage rend hommage à son père, qui a créé la dynastie Gruss. À noter, la très belle préface de Thierry Lhermitte.