Quentin Simonet : "La montée en puissance et la construction de l'équipe"
mardi 29 mai 2018

Sebastien Mourier CAIO Valkenswaard 2018
Dans l'idée de la construction du collectif, Sébastien Mourier et ses quatre chevaux intégraient l'équipe de France pour le CAIO de Valkenswaard © Kristina Horvath/Hoefnet.com

Les meneurs à Quatre chevaux français voguent depuis le début de la saison sur une belle dynamique. Ce week-end encore, l'équipe de France terminait à la 3e place de la Coupe des nations de Valkenswaard. Une satisfaction pour le chef d'équipe Quentin Simonet, qui rappelle tout de même que la priorité cette saison est la montée en puissance des attelages et la construction du collectif pour les Jeux Equestres Mondiaux à Tryon en septembre.

Au début du mois de mai à Windsor, l'équipe de France d'attelage à Quatre chevaux composée de Benjamin Aillaud, Thibault Coudry et Anthony Hordé montait sur la troisième marche du podium du premier rendez-vous par équipes de la saison. Le week-end dernier à Valkenswaard, re-belotte pour les Tricolores (dans une configuration d'équipe différente puisque Sébastien Mourier avait pris la place d'Anthony) qui sont revenus des Pays-Bas avec une nouvelle médaille de bronze autour du cou. "La performance par équipes est interessante, mais si on veut analyser les choses de façon objective, il faut reconnaitre que nous aurions pu être plus proche de la deuxième place, même si nous n'en sommes pas très loin (une dizaine de points de pénalité séparent les Français des Belges, 2e, ndla) si nous n'avions pas laissé tomber des points comme ça a été le cas", analyse sans langue de bois Quentin Simonet, chef d'équipe. "Nous avions un point d'avance sur la Belgique à l'issue du dressage, avance que nous avons perdu au marathon et l'écart s'est encore creusé un peu plus sur la maniabilité. Mais l'avantage est que ça nous permet de pointer ce sur quoi il faut mettre le focus dans la préparation, notre liste de choses à faire pour s'améliorer en vue des concours à venir. C'est aussi tout l'intérêt de ces concours, d'autant plus en période de préparation d'une échéance comme les Jeux Equestres Mondiaux"

Parce que l'objectif de la Fédération français d'équitation est bien là : amener à Tryon en septembre chevaux et meneurs dans les meilleures conditions possibles pour performer aux JEM. "Au final, peu de gens se souviendront des résultats de l'équipe de France en Coupe des nations, on ne se souviendra que du résultat des Jeux Equestres", glisse le chef d'équipe, dont le but durant cette saison de concours est avant tout "de faire monter en puissance les attelages et de construire le collectif, plus que de se préoccuper des résultats intrinsèques de l'équipe de France à chaque sortie". Et pour ce faire, la France se retrouve cette année dans d'excellentes dispositions puisqu'elle peut compter sur cinq attelages intéressants qui se sont positionnés comme prétendants aux JEM, pour trois attelages qui seront sélectionnés. "C'est la première satisfaction. La seconde est que cette saison, nous avons plusieurs concours (le CAI de Kronenberg et les CAIO de Windsor, Valkenswaard et Saumur, ndla) où ces cinq attelages peuvent évoluer en même temps ce qui est beaucoup plus simple pour apprécier le niveau de performances de tout le monde sur les mêmes bases et pour préparer le collectif", analyse Quentin. 

Et pour préparer au mieux le collectif, le staff fédéral et notamment Quentin Simonet et Felix Marie Brasseur, entraineur national, n'hésitent pas à tester des compositions d'équipe différentes, même pour les grands rendez-vous : "Ces concours où l'on peut rassembler tout le monde sont, en dehors de Kornenberg qui ne se courrait qu'en individuel, des Coupes des nations, ce qui nous donne la possibilité d'effectuer des rotations dans les compositions d'équipe, afin que tous les meneurs puissent évoluer au sein du groupe. Parce que concourir en individuel et en équipe n'est pas la même chose, ne serait-ce que pour la responsabilité de chacun vis-à-vis de ses coéquipiers". 

Les meneurs ont maintenant rendez-vous au du 6 au 10 juin au CAIO de Saumur, et seront ensuite en juillet à la Coupe des nations d'Aix-la-Chapelle, dernier grand rendez-vous pour l'attelage français avant l'annonce des sélections définitives pour Tryon.