Anne-Sophie Serre : "Une reconnaissance de notre savoir-faire"
mercredi 16 janvier 2019

Addict, Join Me et Dionysos de Massa aux écuries Andreas Helgstrand
Addict, Join Me et Dionysos de Massa quittent leur élevage natal et intègrent les célèbres écuries Andreas Helgstrand © Coll. Elevage de Massa

La nouvelle a fait l'effet d'une petite bombe : Addict de Massa (présenté en Grand Prix à 8 ans), Join Me de Massa (championne de France des 4 ans en 2018) et Dyonisos de Massa (vice-champion des 4 ans en 2017) quittent leur Sud de la France natal et prennent la direction de l'écurie du Danois Andreas Helgstrand, considéré comme l'une des plus prestigieuses du monde. Une belle publicité pour l'élevage de Massa, comme l'explique Anne-Sophie Serre qui nous donne également des nouvelles des chevaux de tête de l'écurie et fait le point sur les objectifs de la saison 2019.

L'Eperon : Andreas Helgstrand qui acquiert trois chevaux de l'élevage de Massa, c'est une vente peu banale ! Comment le cavalier a-t-il été amené à repérer des chevaux à l'élevage de Massa ? 

Anne-Sophie Serre : Sylvain Massa avait envie de développer la partie commerciale de l’élevage, de laquelle on ne s’était pas trop occupé jusque là, puisque nous étions plus orientés sur le sport. Il a ainsi demandé à un ami commun, Vincent Guilloteau, de s’occuper de tout ça, parce qu’il dispose de certains contacts et que ça l’intéressait de le faire. Il s’est trouvé qu’Andreas était un de ses contacts et qu’il avait repéré Addict de Massa, dont il ne connaissait pas le nom et qu’il surnommait « piaf-machine ». Il a demandé à venir le voir. Nous lui avons dit que le cheval n’était pas destiné à la vente dans l’immédiat. Il est venu malgré tout et il a été séduit par le cheval, par la facilité qu’il a eu à lui faire dérouler les mouvements du Grand Prix. Le couple a montré beaucoup d’aisance, Andreas s’est senti bien avec le cheval. On s’est dit que ce n’était peut-être pas tous les jours qu’on pouvait réaliser une vente qui, au-delà de la vente en elle-même, pouvait nous amener de vrais retours, et notamment une belle publicité pour le Stud-book qu’on a créé à l’élevage de Massa. On s’est dit que ça pouvait être très bénéfique pour l’avenir. Et il se trouve qu’il y a déjà des retombées. On ne s’attendait pas à ce que ce soit si rapide, mais les gens ont l’air assez intéressés. On a beaucoup de demandes. Ca va nous aider peut-être à développer plus vite que ce qu’on ne pensait la partie commerce ! (rires)

Et concernant Join Me et Dionysos de Massa ?

Etant sur place, Andreas a demandé à voir nos meilleurs jeunes chevaux. On lui en a montré quatre-cinq qui pour nous sortent du lot. Il a flashé dans un premier temps sur Join Me et Dyonisos. Il a dit qu’il reviendrait parce que d’autres l’interessent. Mais il faut qu’on en garde un petit peu pour l’avenir quand même ! (rires)

Justement, il n'y aucun regret à voir partir ces trois chevaux qui avaient tous un potentiel sportif ? 

Il faut passer au-delà de la « déception » de voir ces chevaux, que l’on imaginait d’avenir et avec lesquels nous aurions aimé continuer à faire du sport, partir. Même si ce n’est pas avec nous qu’ils iront en compétition, ce sera tout de même notre dressage et notre élevage qui seront mis en valeur. Ils ne vont pas disparaitre du circuit, au contraire, il vont faire du sport et pas sous n’importe quelle selle ! C’est une réelle fierté de voir les chevaux partir chez Andreas, nous le voyons comme une reconnaissance de notre savoir-faire. Nous vivons les choses de manière positive, et on a toujours été, Sylvain Massa, Anne-Sophie de la Gatinais, Arnaud (Serre) et moi très solidaires autour de cette décision. Tout s’est fait de manière collégial. Ca n’a jamais été du seul fait de Sylvain, il ne nous l’a pas imposé, c’est vraiment décision que l'on a prise ensemble et dans laquelle nous sommes encore une fois partenaires. 

Pour la compétition, Arnaud et vous pouvez toujours compter sur vos chevaux de tête Ultrablue et Vistoso de Massa. Comment vont-ils ?

Ils vont très bien. Ils sont en très bonne forme. Nous envisageons une reprise de saison à l'occasion du CDI de Nice : c’est un concours pas loin de chez nous eauquel nous participons régulièrement. Ensuite, pour ce qui est du restant de la saison, on va voir un petit peu au jour le jour parce que le nouveau règlement de la fédération ne nous donne pas d’accès direct à certains concours avant d’avoir effectué certaines performances. On va voir où ça nous mène, ce qu’on est capable de réaliser. On va se donner les moyens de faire au mieux mais sans se mettre de pression. On a envie de se faire plaisir et de se consacrer à notre fille Mathilde et à notre élève Arthur Barthel qui veulent tous les deux faire les championnats d’Europe Jeunes en Italie. 

Mathilde, qui, à quatorze ans et demi, monte désormais elle aussi un cheval de l'élevage de Massa !

Elle avait effectivement son cheval Scarletto, que nous avions en commun avec des amis et qui est malheureusement mort en septembre. Ensemble, ils ont été médaillés de bronze par équipes en Children et en argent en individuel en 2017. Elle monte maintenant Venise de Massa, qui est une jument lusitanienne, demie-soeur de Vistoso, et qui a fait le Grand Prix avec moi. Elles s’entendent très bien et on aimerait les voir évoluer comme ça jusqu’aux épreuves moins de 25 ans, c’est le but ! Sylvain et Anne Sophie sont très heureux d’équiper Mathilde et de la soutenir elle aussi dans son sport. C’est une belle histoire là encore.