4ème Conférence internationale de l'endurance à Boudheib (U.A.E)
samedi 23 février 2019

4ème Conférence internationale de l'endurance à Boudheib (U.A.E)
4ème Conférence internationale de l'endurance à Boudheib (U.A.E) © Anne Jonchery

Cette 4ème Conférence Internationale de l’Endurance a mis en avant l’aspect humain dans la relation cavalier/cheval.
On retiendra les interventions du juge international français, Christian Lozano et celle du Docteur David Marlin (chercheur britannique spécialisé dans le cheval de courses).

Christian Lozano s’est attaché à démontrer qu’avec l’évolution de l’endurance en un sport très technique (pistes, contrôles vétérinaires, chronométrage), elle est devenue un réel travail d’équipe, où il est impératif de bâtir un véritable relationnel : « la véritable épreuve de l’endurance, c’est celle de l’esprit et pas uniquement de la vitesse, de la compassion, de la compréhension, et de la communication entre le cheval et le cavalier », et ajoute que l’endurance est « un challenge entre le couple cavalier/cheval, contre la montre et pas contre les autres cavaliers.»

Autre sujet développé par Christian Lozano : prendre soin de son cheval.
« Le cavalier de devrait pas laisser son ego prendre le dessus pour gagner. Le bien-être du cheval doit rester primordial ». Lorsqu’il prend le départ d’une course, le cheval ne connaît pas la distance à parcourir. Il s’en remet totalement à son cavalier qui doit s’assurer d’utiliser un équipement adapté, trouver la bonne piste pour protéger tendons et ligaments, et même parfois marcher et courir à côté de lui.
La conclusion de cet exposé est que « le cavalier devrait toujours avoir de la compassion pour son coéquipier, qu’il doit préserver son bien-être. Ils ont une union spirituelle, une unité qui transcende la relation homme/animal. Le cheval devrait être reconnu pour le rôle important qu’il joue dans l’équipe. Le mantra des cavaliers de longues distances est : finir c’est gagner ».

Le Docteur David Marlin s’est quant à lui penché sur 3 items :

- le poids du cavalier : il entraîne une dépense d’énergie supplémentaire du cheval lors de ses déplacements, est source de surcharge sur les tendons et les articulations, et cause souvent des blessures au dos.
Pourtant, 75kg (poids réglementaire en CEI3*), c’est une surcharge de 17% (soit 13kg) par rapport au propre poids du cheval !
Comment expliquer qu’en hippique et en concours complet, où les chevaux sont plus lourds, il n’y ai pas de poids imposé …
Autre problème : la selle. Elle est une partie d’un système dynamique, puisque la connexion cheval/humain passe par elle, mais ne répartie pas uniformément le poids du cavalier.
les 2 types de la communication cheval - cavalier :
* la communication voulue : par le mors, les rênes, la position du cavalier, son poids, ses jambes et sa voix,
* et celle non-intentionnelle : l’instabilité du cavalier, sa faiblesse, sa fatigue,
tous ces éléments impactant sur la condition physique du cheval et sa performance.
- l’importance de la symétrie et de la latéralité :
le cavalier peut influer sur la latéralité et la symétrie de son cheval. Or l’asymétrie impacte sur la distance, et lors des trottings, c’est elle qui est recherchée.
Pour le Dr David Marlin, « le cavalier d’endurance peut avoir une influence à la fois positive et négative sur son cheval. Il doit être stable dans sa selle, et les cavaliers doivent comprendre la nécessité de fréquemment changer de pied au galop, tant à l’entraînement qu’en course, afin d’éviter fatigue précoce et blessures. »
Le Dr Marlin a interpellé son auditoire en faisant référence à Usain Bolt, l’homme le plus rapide au monde qui présente pourtant une démarche asymétrique !
A se demander si la symétrie parfaite est vraiment synonyme de perfection …

A noter l’intervention de la doctoresse vétérinaire émiratie, Rola H.Shaaban, revenue elle aussi sur le fait que le cheval doit être chouchouté, qu’il faut lui parler, surveiller ses dents, le nourrir correctement, avant de prononcer une phrase choc : « l’euthanasie doit être la solution ultime » …

Il peut paraître étrange voir inquiétant, que de devoir rappeler ce qui devrait tomber sous le sens, pour celui qui est réputé être le meilleur ami de l’homme …