Endurance d’automne au Grand Parquet

dimanche 15 octobre 2017

  • imprimer

Les 13 et 14 octobre, Grand Parquet endurance proposait son édition d’automne internationale, avec au programme deux courses sur deux jours (CEI2* et 3*), un CEI1* et des courses amateur.

Endurance archive largeL

Photo archive

Temps clément et belle réussite pour Grand Parquet Endurance.

La météo exceptionnellement clémente donnait à ces deux jours de compétition un petit air estival. Caroline Cabardos (organisatrice aux côtés de son époux Gilles) jugeait ce week end très satisfaisant. « Nous avons à nouveau aux alentours de 320 cavaliers, et douze nations représentées. » Côté nombre de partants, si la CEI2* (120km) courue sur une seule journée réunissait 90 partants, les formats sur deux jours n’ont pas semblé rassembler les suffrages, puisqu’ils n’étaient que 13 dans le CEI3* (2x 90 km, soit trois boucles par jour), et 17 dans la CEI2* (2x 70 km). Caroline Cabardos en convient, ce format sur deux jours ne plaît pas à tout le monde. « On nous a demandé de mettre au programme une 160km, mais à cette époque de l’année, nous avons pas mal de contraintes, notamment la durée du jour, car nous avons des difficultés à faire traverser les routes la nuit, c’est pourquoi nous dédions ce format à notre édition du printemps. D’autre part, les cavaliers pro ne sont pas favorables à ce format, car ils ne peuvent pas monter deux chevaux différents, à savoir un sur la 1* du vendredi, et un sur la 2* du samedi, ou un jeune qui n’a pas couru à Uzès (grande semaine SHF) sur une course en vitesse libre. Cette édition d’automne est un peu plus ouverte aux épreuves amateur. »

Au chapitre des nouveautés proposées pour cette édition, Caroline Cabardos souligne l’initiative de leur partenaire La Buvette, fournisseur d’abreuvoirs, qui mettait à disposition des concurrents une trentaine de bacs à eau constituant une ligne de passage rapide pour le grooming qui permet aux chevaux d’être rafraichis en continu. (Les bacs alignés les uns à côté des autres permettent aux équipes d’assistance de s’approvisionner en eau sur une longueur de plusieurs dizaines de mètres). « C’est une nouveauté que nous testons, des stewards sont chargés de vérifier que les chevaux ne s’arrêtent pas. C’est un système qui se met en place sur les grosses compétitions. Nous avons renouvelé notre partenariat avec le festival du Sheik Mansoor, d’Abu Dabi, venu nous soutenir sur cette édition, et avec lequel nous espérons un partenariat sur du long terme à partir de l’année prochaine, en particulier sur l’édition d’avril. »

Côté résultats, la course phare du CEI3* est remportée par Ludovic Saroul, en selle sur Rihad la Marjorie, qui boucle l’ensemble des 180 km en 10h45’05. Il et suivi à une minute de Christophe Noguera, associé à Chams de Bozouls, et de Nicolas Blot, aux commandes de Tazam Coutillas, qui franchit la ligne d’arrivée une heure plus tard. Sur le CEI2* en deux jours, victoire française également, grâce à Lisa Quet, en selle sur Vainqueur du Barthas, en 9h09’40, qui coiffe sur le poteau Nina Lissarague, qui franchit la ligne 8 secondes plus tard aux commandes de Radja du Jugant. La 3 ème place, en 10h58’40, revient à Annick Thorens et Alia Eldrocool. Le CEI2* de 120 km sur une journée est remporté par Arthur Desprez, en selle sur Verseau d’Aurabelle en 6h02’26, tandis que Laetitia Pegaz Tocquet et Vegas de Majorie arrêtent le chrono à 6h02’27, devançant Alexia Moreau/Tann Salou, qui pointent à la 3 ème place avec un temps de 6h02’59.
En amateur Elite (120km en une journée), victoire d’Anne Marie Le Guenedal et Balijza. La course Amateur Elite GP sur deux jours (2x90km) revient à Mélusine Jano (Unpoutous du Janus), tandis que chez les amateurs Elite (2x70km), Florence Toubon s’impose avec Tictac Dartesie.Le faible taux de concurrents à l‘arrivée de ces courses, soit 38.4% en CEI3*, 35.29% sur CEI2* en deux jours, 50.55% sur le CEI2* en une journée, 40% sur l’amateur Elite en une journée permet de s’interroger sur le niveau de préparation des chevaux et les stratégies de course des cavaliers.

Selon Nicolas Wahlen, secrétaire général de l’Alliance des organisateurs d’épreuves d’endurance, (AEndO), qui déploie depuis des années une énergie phénoménale à défendre la discipline, et à tenter de la faire évoluer, « les vétérinaires ne prennent plus aucun risque, et ont tendance à éliminer les concurrents à la moindre alerte. Par ailleurs, le format sur deux jours paraît assez compliqué à gérer pour les chevaux et les cavaliers, car remettre en route le lendemain matin un cheval qui a déjà couru 90km la veille n’est pas simple… » L’expert international se dit assez découragé de constater que les autorités internationales ne semblent pas prendre suffisamment au sérieux la nécessité de réformer cette discipline, malgré de nombreux rapports, alertes et réunions qui pour l’instant n’ont pas abouti à une véritable réflexion de fond.Résultats complets ici

Béatrice Fletcher

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 91 Philippe Mull et Alexis Goury

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr