Le Comité temporaire d'endurance rencontre les parties prenantes
vendredi 22 février 2019

Illustration endurance vet gate équipe Inde Tryon 2018
Le bien-être des chevaux d'endurance est au coeur des préoccupations du Comité temporaire mis en place par la FEI © FEI/MARTIN DOKOUPIL

Le Comité temporaire d'endurance, mis en place par la FEI en Octobre 2018 à la suite des déboires du championnat du monde de la discipline à Tryon, a rencontré au siège de la FEI vingt-six intervenants représentants les groupes régionaux internationaux, l'association World Horse Welfare et l'Alliance des organisateurs d'endurance, toujours dans l'optique de revenir à une pratique plus éthique de la discipline.

Hier, jeudi 21 février, le Comité temporaire d'endurance et nombre de parties prenantes de la discipline se sont rencontrés à Lausanne. Le but de cette réunion ? Que les 26 intervenants présents puissent faire remonter au comité des remarques et des analyses sur une large série de sujets, dont les systèmes de qualification, les périodes de repos obligatoires, la conception des pistes, le nombre de boucles, les critères d'élimination, les fréquences cardiaques et temps de présentation autorisés aux contrôles vétérinaires, le poids des athlètes, le durcissement des sanctions anti-dopage, ou encore la limite du nombre de partants autorisés. Tous les groupes régionaux n'étaient pas représentés (cette première des cinq sessions étaient particulièrement dédiée aux groupes d'Europe centrale et d'Europe orientale), mais le reste des groupes auront la parole aujourd'hui. 

Quentin Simonet, membre du groupe de travail endurance de la fédération équestre européenne, était convié et se réjouissait que les parties prenantes soient mises à contribution dans le processus de réflexion mené par le Comité temporaire. "Notre position est que nous devons nous attaquer fermement aux réels problèmes, qui ne concernent qu'un nombre limité de personnes. Il y a de nombreux endroits où l'endurance se porte très bien", a rappelé le Français. 

En conclusion, Roly Owers, le directeur de World Horse Welfare, notait l'importance (en citant les mots du président de la FEI Ingmar de Vos), de "reprendre la main sur l'endurance, en mettant davantage l'accent sur le bien-être des équidés. Nous espérons que le comité prendra des mesures fortes et marquantes pour assurer le bien-être des équidés et l'avenir de l'endurance de compétition"

Ces rencontres organisées à Lausanne permettront notamment au Comité temporaire de préparer le Forum des Sports FEI (15 et 16 avril), dont la deuxième journée de cette édition 2019 sera entièrement réservée à l'endurance (voir ICI).