Polo : Adolfo Cambiaso remporte le 124è Open de Palermo.

jeudi 07 décembre 2017

  • imprimer

Considéré comme le championnat du monde des professionnels, l’Open de Palermo se dispute depuis trois semaines entre huit équipes alignant 30 à 40 goals (le maximum possible). Tous appartiennent à de grandes familles argentines, tous sont éleveurs et fournisseurs des meilleurs pros tournant sur la planète pour alimenter les tournois au cours de l’année.

Adolfo Cambiaso largeL

Pololina - http://www.pololine.com

Adolfo Cambiaso pour La Dolfina

L’Open de Palermo marque le sommet de la saison, ils se joue à guichets fermés devant un stade plein comme un œuf, devant une faisceau de cameras car tout le pays est rivé devant l’écran.

C’est la 4e année de suite que l’affiche est identique. La Dolfina, emmenée par Adolfo Cambiaso a déjà gagné les années précédentes. Elle recommence, face à Ellerstina, par 14 à 13 et il a fallu une période supplémentaire pour départager les deux équipes à l’issu d’un match très équilibré.

Deux familles, légendes du polo

La Dolfina –en blanc- reste la plus titrée avec 4 membres ayant le maximum du handicap, soit 10 : Adolfo Cambiaso, son fidèle cousin Pablo Mac Donough, l’excellent Juan Martin Nero et le Britannique David Stirling. En face, Ellerstina –en noir- totalise 39 avec 4 fils Pieres : Facundo et Gonzalo et leurs cousins Nicolas et Polito (9 de handicap). Mais la différence est infime, elle ne compte pas. Ils se connaissent par cœur, ils jouent les uns contre les autres toute l’année, ensemble ou séparément ...

Les deux quatuors ont gagné tous leurs matches de sélection, La Dolfina a écrasé tous ses adversaires avec un score sévère. C’est aussi le cas pour Ellerstina sauf deux fois où elle s’en est tirée de justesse, d’un seul point, contre Cria Atay et La Dolfina Polo Ranch. Ellerstina jouit d’une bonne cohésion entre les joueurs, attaque sec, tire juste, interdit la zone de but à ses adversaires, maîtrise la situation mais fait de grosses erreurs qui leur permettent de se rattraper au score grâce aux pénalités réussies ... C’est ce qui s’est passé lors des demi-finales (assez rudes) où Ellerstina a dominé la situation contre Alegria mais a subi deux phases de score à égalité en fin de 4è et de 5è périodes. Est-ce à dire qu’Ellerstina est un peu fatiguée ? Sûrement pas. 

Un match équilibré

Lors de la finale, c’est Ellerstina qui mène la danse et s’envole dès le début du match. Hélas l’envolée ne dure pas et la DOlfina inverse le cours du jeu en 2e période pour mener au score jusqu’à la mi-temps. Elle tire bien et réussit toutes ses pénalités. Mais le match reste équilibré, vif, rapide. Après la pause, on recommence : Ellerstina s’envole et Polito Pieres marque deux fois de suite. Mais l’adversaire reprend la main et remonte au score. On finit à 13 contre 13 et il faut une période supplémentaire pour décider qui sera le champion de l’année. Il suffit alors d’une longue passe bien appuyée d’Adolfo Cambiaso à Juan Martin Nero qui marque et c’est fait. 14 à 13. Ellerstina a encore perdu son pari de finaliste. Malchance depuis 4 ans ?

Qu’est-ce qui a pu faire la différence ? La Dolfina a tiré plus souvent au but et réussi plus de pénalités. Son attaquant Juan Martin Nero est d’ailleurs sacré meilleur joueur du tournoi. Le meilleur buteur de l’Open se trouve par contre chez Ellerstina, c’est Polito PIeres qui a marqué 38 buts !

Le prix de la courtoisie revient à Pablo Mac Donough chez La Dolfina, ainsi que la meilleure jument. Elle appartient à Adolfo Cambiaso qui joue avec elle, c’est un clone de sa production, Cartetera 09 (Cartetera est une jument qui a marqué les esprits et se trouve clonée depuis le premier essai).

Du côté des filles, la finale de l’Open d’Argentine est la même : après les qualifications, restent Ellerstina contre La Dolfina Brava. Là aussi les noms sonnent en écho et on retrouve les meilleures mondiales, à 30 goals chez Ellerstina : Clara Cassino (6), Hazel Jackson (8), Lia Salvo (9) et Sarah Misena (7), contre Mia Cambiaso (5), Milagros Araujo (6),  Nina Clarkin (10) et Candelaria Fernandez (6). Et c’est La Dolfina Brava qui a gagné !

Elisabeth Gillion

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 94 - Benoit Cernin

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr