Sam Sztarkman, champion de France à 16 ans
vendredi 05 octobre 2018

Sam Sztarkman Coupe d'or Deauville 2018
En vert, Sam Sztarkman à l'occasion de son premier match en tant que capitaine à Deauville cet été © RB Presse

Le 30 septembre, la finale du championnat de France marque la fin de la récré, Sam rentre au lycée en classe 1ere et ne retrouvera les terrains de polo que le weekend. Finir la saison en beauté avec le titre de champion de France avec Jivaro (de Christophe Allemandou) était son objectif.

Mission réussie (lire ICI), il est même désigné meilleur joueur du tournoi. Il faut dire qu’il s’est révélé cette saison, à 16 ans. Lors du trophée Castel de Chantilly en septembre, il a été sacré meilleur buteur, déjà avec l'équipe Jivaro. En août à Deauville il est monté d’un cran, il était le plus jeune capitaine de la prestigieuse Coupe d’or, menant Land Rover. Un poste qui lui allait bien où il s’est montré offensif, rapide, souvent bien placé pour faciliter les passes pile-poil à ses équipiers et réagissant au quart de seconde. Il tape sec, il sait se faufiler pour galoper aux buts …

Qu’est-ce qui lui manque ? « De l'expérience, du coup je fais des fautes d’inattention et des erreurs de tir … Et les qualités d’un bon joueur sont nombreuses. Il faut une bonne condition physique et il faut bosser beaucoup beaucoup beaucoup et savoir se concentrer avant le match. Je m’y attache », explique-t-il avec humilité. Quand aux défauts qu’il veut éviter ? « Se croire un peu trop fort et faire la fête la veille d’un match », ajoute-t-il en riant. 

Parisien, il a pris ses marques tout petit le week-end au poloclub de Chantilly où sont stationnés les chevaux de la famille Szkartman. Alexandre (han1), son père est son coach : « il m’a tout appris ». La base de Chantilly offre beaucoup d’avantages : de nombreux terrains pour taper la balle, s’organiser des petits matches et rencontrer des pros avec qui discuter et apprendre toujours plus. Et le site offre un panel de tournois d’avril à octobre. Sam a donc participé à deux 12 goals au printemps dernier, « on en a gagné un et perdu l’autre. C’est le jeu ! »