Mégane Moissonnier : "Encore beaucoup de travail"
lundi 09 juillet 2018

Megane Moissonnier Umours Batilly LGCT Monaco 2018
Megane Moissonnier et Umours Batilly lors de leur passage au CSI 5* de Monaco © Sportfot

Lors du prestigieux Longine Global Champions Tour de Monaco, Mégane Moissonnier juste âgée de 20 ans avait engagé 2 chevaux sur le 5* et commençait par une belle performance dans l’épreuve 1m45 du jeudi où elle classait Ultrachic de Charmois à la 7ème place dans une épreuve à laquelle prenait part les meilleurs cavaliers de la planète. Elle faisait ensuite équipe avec Roger Yves Bost dans l’épreuve Global Champions League à 1m55 sur Umours Batilly avec tout juste une barre au compteur à l’arrivée. Elle sera ce week-end à Chantilly pour une nouvelle étape du Global.

Affaire de famille

La famille Moissonnier est installée à Lent tout près de Bourg en Bresse (01). Ancien cavalier de haut niveau, le papa, Bernard, est éleveur. Christine, la maman est elle aussi cavalière et accompagne régulièrement Mégane en concours. Cette dernière a été atteinte par le virus "cheval" dès son plus jeune age, et a naturellement commencé sa carrière à 8 ans sur le circuit poney. En 2009, elle est Championne de France D Excellence avec son poney, Naour du Clos, et 15 jours plus tard elle obtient la 5ème place du Championnat des As Benjamin, à cheval sur Koka du Morle.

En passant ainsi très tôt de poney à cheval, Mégane a développé son aptitude à passer d’une monture à l’autre. Elle a ainsi mené de front les 2 circuits jusqu’à 16 ans, sélectionnée avec Jimmendor de Florys aux Championnats d’Europe en 2012 à Fontainebleau et en 2013 à Arezzo, alors que simultanément elle court en CSI à cheval et participe au Master Pro des Cavalières.

Manque de chance

En 2016 Mégane est sélectionnée pour les Championnats d'Europe Jeunes Cavaliers à Millstreet (IRL) avec Queffelec Drop. Son sans faute dans l’épreuve par équipe permet à la France de s'octroyer une 5ème place, et laisse présager un avenir glorieux pour le couple. Malheureusement le cheval fait une rupture d’anévrisme et elle le perd début 2017 à Arezzo...

Il reste Saratoga Bois Margot, apte à prendre la relève. Mais une mauvaise chute à la veille du départ la prive de championnat d'Europe 2017 à Samorin. Peu de temps après, le couple remporte l'épreuve U25 à Equita et termine 3ème de la 150.

Pour sa dernière année chez les Jeunes Cav en 2018 les résultats laissaient à nouveau présager une sélection. Le sort s'est encore acharné sur l’aventure européenne, Mégane a perdu Saratoga, passé sous la selle de Pénélope Leprévost. La cavalière reste cependant positive. « Il m'arrive un malheur par an ! C'est dur mais on rebondit, on essaie de voir surtout les moments positifs. Ça plombe, mais on se relève ! »

La grande aventure du Global en 2018

S’il en est fini de l’aventure Europe, une autre a débuté cette année. Les équipes du Global Champions tour se composent obligatoirement d'un cavalier de moins de 25 ans. Sadri Fegaier et son cavalier colombien, Carlos Lopez, installés au Haras des Grillons (Valence, 26) ont ainsi proposé à Mégane de les accompagner dans le circuit. Avec Roger Yves Bost et le Colombien Carlos Ramirez ils forment l’équipe "Chantilly Pégasus". « On se sent tout petit mais bien intégré. Il y a une bonne ambiance entre nous, mes coéquipiers sont toujours prêts à me donner des conseils, à m'aider. »

A Monaco la discrète jeune cavalière participait aux épreuves de la Global Champions League sur Umours Batilly, mais sans objectif de Grand Prix pour le moment, juste le désir de bien faire dans l’épreuve qualificative. Pour Mégane, c’est encore tôt :«Mon objectif c'est, bien sûr, de pouvoir courir une fois le Grand Prix dans la saison. Mais pour l'instant ni mes chevaux ni moi ne sommes prêts, il faudra encore beaucoup de travail».

Un diplôme en poche, c'est mieux

La jeune cavalière a su concilier une vie de lycéenne normale et une carrière sportive hors normes. Elle a ainsi obtenu son bac scientifique puis s'est dirigée vers un BTS Comptabilité Gestion. «Je prépare mon BTS avec des horaires aménagés, j'ai fait la première année en 2 ans. Par la suite je compte plus être cavalière que comptable, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver.» 

Les chevaux de Mégane en quelques mots

Queffelec Drop  : « C'était un cheval peureux, craintif quand il est arrivé. On s'est vite bien entendu. Il a tout donné. Il a atteint des hauteurs que l'on n'aurait jamais imaginé. Ca a été très dur de le perdre »

Umours Batilly : « C'est sa 4ème saison seulement. Il est arrivé à 7 ans, il était alors sur 1m20. Il a fait des progrès considérables en 4 ans, on a évolué ensemble. C'est un cheval très froid dans sa tête, serein »

Ultrachic de Charmois : « C'est un petit cheval très attachant prêt à tout donner si on lui donne en retour »

Tarpan de Bressieux : « Je l'ai depuis qu'il a 5 ans. Il a eu du mal au départ, il était très tardif, mais il progresse à son rythme »

Aarhof'J Galiano : « Il est arrivé il y a seulement un mois. A 8 ans il a fait 1m45, un cheval qui va bien... Je commence à le connaître »