Simon Delestre : « Uccello de Will peut tout faire »
mardi 19 février 2019

Simon Delestre et Uccello de Will Grand Prix 5* des Longines Masters de Hong Kong
Simon Delestre et Uccello de Will dans le Grand Prix 5* de Hong Kong, le 17 février. © Scoopdyga - Pierre Costabadie

Simon Delestre et ses montures sont particulièrement en forme en ce début d’année. Le Lorrain s’est adjugé pas moins de trois podiums en Grand Prix 5* depuis le mois de janvier. Il nous fait part de ses impressions sur la saison à venir et sur Uccello de Will, un hongre alezan de onze ans, ancien partenaire du brésilien Pedro Veniss, qui lui a offert une deuxième place ce weekend dans le CSI 5* des Longines Masters de Honk Kong.


L’Eperon : Comment se déroule votre début de saison ?

Simon Delestre : Je vis un début d’année optimal. Je crois que c’est la meilleure entame de saison que j’ai pu vivre depuis que je concourre à haut niveau. Sur les trois derniers Grands prix 5* auxquels j’ai pris part, je suis une fois premier, une fois deuxième et une autre troisième et cela avec trois chevaux différents. On peut difficilement espérer mieux. De plus, Ryan (Hermès Ryan des Hayettes, ndlr) a repris la compétition et saute d’une manière absolument formidable. Enfin Uccello (Uccello de Will, ndlr) a fait un travail remarquable ce weekend pour son premier Grand Prix. C’est plus que positif. 

L’Eperon : Quels sont vos objectifs pour cette nouvelle année ? 

S.D. : Mes objectifs ne changent pas. J’espère toujours être performant à haut niveau et continuer de faire évoluer mes chevaux un peu plus jeunes. J’ai entre autres en ce moment un lot de bon chevaux de neuf ans à qui j’aimerais vraiment faire passer le cap des grosses épreuves cette année. 

L’Eperon : C’était le premier Grand prix auquel vous participiez avec Uccello de Will. Que pensez-vous de cet hongre ?

S.D. : Uccello est un cheval avec lequel j’ai démarré la compétition à Lyon en novembre sur des épreuves intermédiaires et effectivement à Honk Kong c’était notre premier Grand Prix ensemble. Je l’avais également emmené à Londres pour la Coupe du monde, il avait fauté à une reprise mais avait très bien sauté. Puis ce weekend, il est venu concrétiser son formidable début d’année en décrochant cette deuxième place. Il a vraiment une évolution constante et j’apprends à le connaitre de mieux en mieux. C’est un cheval qui peut tout faire. Il a des moyens énormes, beaucoup de respect et tout le potentiel nécessaire pour évoluer au plus haut niveau. Je n’oublie cependant pas que le but en ce qui le concerne est la commercialisation. Tant qu’il fait partie de mon piquet j’en profite, mais il est fort probable qu’il soit vendu un jour.