Volnay du Boisdeville pour Teddy Vlock
jeudi 10 janvier 2019

Alexandra Francart et Volnay du Boisdeville Tryon 2018
Alexandra Francart et Volnay du Boisdeville © Eric Knoll

Après une saison fabuleuse en compagnie d'Alexandra Francart, notamment ponctuée des Jeux équestres mondiaux à Tryon, Volnay du Boisdeville, dix ans, a été cédé au jeune cavalier Teddy Vlock.

"Volnay nous a offert un bout de rêve", concède Alexandra Francart, qui a vu partir son cheval de tête mercredi soir. "Mais quand on n'est pas sur du mécénat, le commerce apparaît presque comme une fatalité. Courir une saison en 5* avec un seul cheval, sur ses propres fonds, c'est dur. Quand on est monsieur et madame Tout-le-monde, on est presque obligés de vendre…" Cependant, la sportive, co-propriétaire minoritaire de Volnay avec son naisseur, Hubert Hosteau, indique que le plan de route concernant le cheval a été respecté. "Depuis qu'il est entré dans la lumière à La Baule début 2018, Volnay a été beaucoup demandé. J'ai la réputation de ne pas garder longtemps mes chevaux, mais là, on savait que Volnay allait changer notre vie, tant sportivement, que du point de vue d'un beau commerce. Hubert m'a laissé carte blanche pendant deux ans sur la gestion du cheval : il n'a jamais craqué dans les moments où il pouvait être tenté par des offres. Humainement, il a fait ce que personne n'avait jamais fait pour moi." Avec Volnay, Alexandra et son conjoint, "ont fait ce qu'ils voulaient et ont vécu une expérience inoubliable".

"D'abord le bien-être du cheval" 

C'est donc vers les Etats-Unis que le cheval s'est envolé mercredi soir. Le jeune cavalier israëlien Teddy Vlock, installé aux Etats-Unis et coaché par l'Irlandais Darragh Kenny, devrait désormais évoluer aux commandes du puissant bai. Une vente qui a pu se concrétiser grâce à Adeline et Eric Nègre. " La condition sine qua none de la vente du cheval, avant sa carrière, c'était son bien-être. Il s'en va dans une bonne écurie… C'est bien sûr douloureux de le laisser partir, Volnay a été un super coéquipier. Nous avons passé des moments fabuleux ensemble et je suis particulièrement fière d'être parvenue à l'amener à ce niveau." Parmi les moments les plus marquants pour le couple, la finale du championnat des 7 ans à Fontainebleau, la première épreuve ranking gagnée une fois encore à Fontainebleau au début de l'an dernier, la victoire de l'équipe de France dans la Coupe des nations de St Gall ensuite, ou le double sans faute à Dublin. "Cette étape m'a véritablement prise aux trippes, c'était incroyable et je peux comprendre la dépendance de certains cavaliers à l'adrénaline que procure le haut niveau. Mais ce qui nous a plus dans toute cette aventure avec Boris, ce n'est pas le fait d'évoluer au top niveau, mais bien d'y amener un cheval."

Un bon cheval, une belle échéance

Alexandra le concède, "Volnay était peut-être le cheval de sa vie". Mais la cavalière a aujourd'hui le regard tourné vers le futur. "A l'aube de mes 40 ans, si j'ai la chance de pouvoir assurer mes arrières et de faire ce métier par plaisir, ce serait formidable." Dans ses écuries, situées près de Reims, la jeune femme peut notamment compter sur la fille de son bon Dorémi, Betty du Prieuré, qui a couru la finale du championnat des 7 ans l'année dernière. "Je me dis : un cheval, une échéance. Alors pourquoi ne pas essayer, comme pour Volnay, d'essayer d'amener Betty au plus haut niveau, et de viser une belle échéance ?" Avec son mordant et son talent, il est fort probable que l'amazone n'ait pas fini de faire parler d'elle...