Clément Taillez : « J’ai une confiance aveugle en mon cheval »
jeudi 18 avril 2019

Clément Taillez
Clément Taillez

Clément Taillez, 29 ans, est le seul représentant français dans la finale de la Coupe du monde de voltige équestre organisée, de jeudi à dimanche, sur le site de l’institut Français du Cheval et de l’Equitation à Saumur. Clément a bien voulu répondre à nos questions.

L'Eperon : Depuis quand pratiquez-vous la voltige équestre ?

Clément  Taillez : J’ai débuté à l’âge de 10 ans en intégrant l’équipe alsacienne de la Cigogne. Le fait de voltiger en équipe créé des liens très forts. Nous sommes tous solidaires et avons la responsabilité du bien-être de notre cheval. Cela développe des vraies valeurs. J’ai commencé à concourir en individuel lorsque j’avais quinze ans.

Quel est votre palmarès ?

En équipe, nous avons été quatre fois de suite médaillés de bronze dans les championnats d’Europe en alternance avec les Jeux Equestres Mondiaux (de 2012 à 2015). À titre individuel, j’ai été médaillé de bronze au championnat d’Europe en 2017 et second de la Coupe du Monde l’an dernier.

Quel est votre plus beau souvenir ?

Les Jeux Equestres Mondiaux à Caen en 2014. Il y avait beaucoup de pression, le public était extraordinaire. Nous avions une équipe extrêmement soudée et nous nous sommes vraiment battus pour ramener cette médaille. C’était loin d’être acquis…

Quel est votre regard sur la voltige ?

Elle se professionnalise et nous avons un phénomène incroyable en la personne de Lambert Leclézio. Il est très talentueux, travailleur et très perfectionniste C’est un champion formidable tant sur le plan humain que sportif. Je retiens aussi la très belle trajectoire d’Anthony Presle qui voltige dans l’équipe de la Cigogne. Plutôt timide au début, la voltige lui a permis s’exprimer magnifiquement. Il est devenu un vrai pilier de l’équipe. Nous avons acquis quatre médailles ensemble et « Toto » (son surnom, ndlr) est pour moi l’une des plus belles histoires de la voltige… 

Comment vous sentez-vous à la veille de cette finale Coupe du Monde ?

Je suis très content d’être qualifié mais, le plateau est de très haut niveau. Tous les participants peuvent prendre être sur le podium.

Quels sont vos points forts ?

Mon cheval Dyronn… J’ai une confiance aveugle en lui. Il a 16 ans et j’ai toujours voltigé, en individuel, sur son dos. Sur le plan technique, j’ai une bonne « glisse » ce qui me permet de bien mettre en valeur le côté artistique.

Que se passera-t-il lorsque votre cheval prendra sa retraite ?

Nous la prendrons tous les deux…