Cumano nous a quittés
vendredi 21 septembre 2018

Cumano
Le magnifique étalon gris, vice champion du monde et vice champion d'Europe © Scoopdyga

L’étalon Holsteiner Cumano (Cassini I x Landgraf), ancien champion du Monde avec Jos Lansink, est mort le 20 septembre à l’âge respectable de 25 ans. Depuis plusieurs années, il profitait de sa retraite dans les écuries de son cavalier à Meuwen.

Jos Lansink a annoncé hier la mort de son complice sur les réseaux sociaux en lui rendant hommage : « Nous avons dû dire au revoir à Cumano. Il était l’un des plus grands chevaux que j’ai jamais monté et il a connu certains de mes plus beaux succès. C'était un cheval qui n'abandonnait jamais et ne me laissait jamais tomber. Même s’il était à la retraite, il montrait toujours qu'il était toujours le roi ». Nombreux sont ceux qui se souviennent du galop remarquable, de la technique et surtout de la force hors du commun de ce grand gris d’1m78.

Avec Jos,  le couple a connu de grands succès à l'image de leur titre de champion du Monde obtenu en 2006 à Aix-la-Chapelle ou celui de vice-champion d’Europe l’année suivante à Mannheim, sans oublier leur victoire dans le Grand Prix de Calgary en 2004. La paire s’était formée en 2002 lorsque Jos Lansink, alors cavalier de tête du haras Zangersheide, « hérite » du cheval loué par son patron Léon Melchior pour le sport et pour l’élevage. Auparavant, Cumano avait déjà obtenu de beaux résultats avec Marc Van Dijck dont une victoire dans le Grand Prix du CSIO de Lummen. 

L'incroyable génération des N

Si le puissant gris a marqué les esprits par sa carrière sportive, il aussi été un excellent reproducteur. Cette seconde carrière a malheureusement été limitée par des problèmes de fertilité notoire depuis plusieurs années, ne rendant le cheval disponible que dans les centres de reproduction pratiquant   l’ICSI. 

Cumano a sûrement connu sa plus belle année de monte en 2000 lorsqu’il était stationné au haras de Saint-Lô. Le cheval avait été loué à son propriétaire Jean Verlinden par Guy Bideault, alors directeur du Haras, sur les conseils de Francis Renard (élevage du Ry).

Il engendra cette année-là une soixante de produits, parmi lesquels Navalo de Poheton, présent lors de la finale Coupe du Monde à Bercy sous couleurs américaines cette année, Nasa (ISO 179) bonne compétitrice sous la selle de Steve Guerdat, Natacha de Launay (ISO 158), Noblesse des Tess quatrième en individuel des JO de Londres avec Kamal Bahamdan, Nectar des Roches (ISO 167), Nenuphar’Jac (ISO 172) avec Michel Robert, Neptune Brecourt (ISO 177) avec Luca Maria Moneta, Naiade d’Auvers (ISO 167), Notre Moinerie (ISO 161), No Name de Siva

Cette génération reste assez incroyable puisque plus d’un quart de ces produits ont affiché un ISO supérieur à 150 ! L'étalon a certainement trouvé sa jumenterie en Normandie. Cumano a aussi engendré de bons gagnants à l’étranger et notamment en Belgique. Finalement, il laissera derrière lui plusieurs fils étalons, à l’image du séduisant Malito de Reve, mais aussi de Comme d’Api vd HaciendaAtomic ZCancellara from second Life ZNo Name de Siva ou encore Nighthawk

A ce jour, Cumano compte moins de 200 produits enregistrés, un nombre restreint au regard de la quantité de champions qu’il a produit, mais nul ne doute que ses descendants continueront de faire parler de lui encore longtemps !