Journée instructive pour les éleveurs à Nouzilly

lundi 05 février 2018

  • imprimer

L’IFCE organisait le 30 janvier une « Journée d’information en élevage équin » à l’INRA de Nouzilly (37), dans la région de Tours. Une sorte de « Journée de la recherche », entièrement dédiée à l’élevage !

poulain broute largeL

Scoopdyga

Un poulain ne peut-être touché par le WFFS que si ses deux parents sont porteurs du gène

Le colloque organisé par l’IFCE (Institut français du cheval et de l’équitation) le 30 janvier et dédié à l’élevage équin se déroulait dans les locaux du « temple » de la reproduction équine : l’INRA de Nouzilly est le site où, du début des années 70 à la fin des années 90, les équipes d’Eric Palmer, Françoise Clément, Guy Deschamps et Michèle Magistrini entre autres menèrent les travaux essentiels qui ont abouti au développement de l’IA de semence réfrigérée et congelée, de l’échographie et de la maîtrise  des cycles chez la jument, ou encore du transfert et de la congélation des embryons.

Ce 30 janvier, les thématiques choisies se voulaient en rapport avec le contexte de reprise - certes timide - de la production en chevaux de sang et poneys.

Daniel Guillaume (IFCE / INRA) et Pascal Noue, manager du Haras de Pur-sang de la Hêtraie, ont débattu des effets de la photo-stimulation des étalons. On sait que chez la jument l’exposition à la lumière artificielle est un moyen simple et peu coûteux d’avancer la reprise de l’activité ovarienne, après la phase de repos hivernal. L’effet d’un  traitement photo-stimulant sur la fonction reproductrice des étalons (libido, quantité et qualité de semence…), également pendant l’hiver, n’est pas clairement établi. Mais la technique est facile à mettre en place et peu coûteuse et il semble qu’elle ait tendance à améliorer la concentration et donc la qualité de la semence, en vue notamment de la congélation.

 

Maud Caillaud (IFCE) et Laure Normandin (Haras de Hus) ont fait le point sur la biotechnologie de la reproduction baptisée ICSI, pour Intra Cytoplasmic Sperm Injection. Cette technique consiste à prélever un ovocyte sur la jument pour le féconder en lui injectant directement un spermatozoïde. L’ovocyte ainsi fécondé est mis en développement dans un milieu de culture afin qu’il atteigne le stade embryonnaire lui permettant d’être transféré dans un utérus de jument porteuse, ou d’être congelé en vue d’un transfert ultérieur. Outre son intérêt pour les juments de haute valeur génétique ayant des problèmes de fertilité, certains y ont vu le moyen de multiplier le nombre de produits des dites juments et des étalons les plus recherchés vendus « à la paillette ». Le taux de réussite et le coût de cette technique constitue néanmoins un facteur limitant : le Haras de Hus estime le coût de revient d’un poulain à 7500 euros hors taxe, hors saille et location de la porteuse. A noter que le Hors série de l’élevage de L’Eperon 2017 avait publié une enquête très complète sur ce sujet.

 

Bernard Dumont Saint Priest (IFCE) a fait le point sur le projet SoGen (Génomique en saut d’obstacles) pour lequel de nombreuses mesures ont été effectuées sur les chevaux participant aux concours d’élevage des 3 ans (dont l’épreuve de saut en liberté), depuis le printemps 2015. Les mesures étaient de deux types : morphométrie en trois dimensions, et accélérométrie des allures. L’objectif de ce travail de collaboration entre l’élevage et la recherche est d’enrichir notre connaissance du génome équin, c’est-à-dire sa base ADN. En comparant les mesures effectuées et l’ADN des chevaux mesurés, on essaye d’identifier les gènes qui agissent. Certains éléments commencent à apparaître, tels que la forte héritabilité de la cadence et du rebond au trot. Au saut, la poussée des postérieurs et le temps au planer seraient les deux dimensions les plus héritables. Ces travaux, encore en phase de recherche, permettent pour l’heure de caractériser les chevaux mesurés par rapport aux autres, grâce à des schémas visuels dont Jean-François Noël, de l’élevage du Thot, a témoigné lors de cette communication de la justesse et de l’intérêt. « Cela peut servir notamment », dit-il, « d’outil pédagogique pour les éleveurs amateurs qui n’ont pas encore suffisamment l’œil pour détecter les caractéristiques, telles que l’équilibre ou la force par exemple, de leurs juments », et donc d’aider à des croisements raisonnés avec des étalons dont on connaîtrait également les caractéristiques.

 

Une deuxième partie était consacrée à l’herbe, avec des conseils pratiques pour la conduite au pâturage et une vermifugation raisonnée, apportés par Pauline Doligez et Marie Delerue (IFCE). Les pratiques ont effectivement changé et on ne conseille plus aujourd’hui une vermifugation à l’aveugle et trop fréquente.

Nathalie Priymenko (ENVT), elle, a fait un point sur les sources d’intoxication à l’herbage, le calendrier des risques et les mesures de prévention, dressant notamment un inventaire des plantes à risques, plus nombreuses qu’on l’imagine et parfois nouvelles ou de plus en plus présentes, telles que les séneçons.

 

La partie 3 baptisée « entreprise » a permis à Xavier Dornier (IFCE), accompagné de Pascal Cadiou, président du Stud-book Selle Français, d’exposer l’intéressante étude de l’IFCE sur les évolutions des pratiques et des coûts, entre 2005 et 2015, de l’utilisation de la génétique mâle Selle Français. On trouvera un article sur cette étude dans le Hors série de l’élevage 2018 de L’Eperon qui vient de sortir, Hors série dont la collecte des prix de saillie des étalons de sport depuis de nombreuses années a alimenté une partie de l’enquête, notamment pour l’évolution des prix de saillie.

 

Nicolas Sanson (IFCE), lui, a exposé, sur le thème « Comment associer travail, santé et performance » certaines règles permettant, dans les métiers physiques de l’élevage de chevaux, de garder une bonne santé physique. Un enjeu, a-t-il rappelé, qui intéresse les entreprises dans leur ensemble, ne serait-ce qu’en termes d’efficacité et de coûts.

 

Après une visite du site de l’INRA de Nouzilly, au sein duquel une cinquantaine d’hectares sont réservés à l’espèce équine, la journée s’est conclue par une table ronde sur le thème des nouveaux modes de commercialisation par le Web pour l’élevage. Pascal Cadiou, président du Stud-book SF, Laurent Vignaud, IFCE et éleveur des chevaux « du Lozon », et Philippe Lemaistre, administrateur à la SHF, ont débattu du rôle et de la place des sites Web, des réseaux sociaux, des sites de petites annonces dont SHF Market, de l’importance de la vidéo, et de l’évolution des ventes aux enchères, qu’elles soient en live sur Internet ou ventes purement « online ».

 

Les Pdf des exposés de cette Journée peuvent être retrouvés sur le site Internet de l’IFCE, qui mettra également prochainement en ligne les vidéos, consultables gratuitement.

L’IFCE organisera également dans les prochaines semaines :

-       La traditionnelle Journée de la recherche équine, à Paris le 15 mars

-       La Journée économique « REFErences », à Paris le 27 mars

-       Une Journée à thème sur l’éthologie, à l’Université de Rennes le 22 juin.

Comme celui de Nouzilly, ces colloques pourront être suivis sur place mais ils seront par ailleurs retransmis en  direct sur une dizaine de sites en régions. Plus de renseignements sur le site Internet de l’IFCE.

Emmanuel Jeangirard

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 96 - Fabien et Grégory Rulquin

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr