Quid d'une fusion ADEP/Cheval Normandie?
mercredi 07 février 2018

Hervé Morin
Hervé Morin, président de la nouvelle région Normandie est favorable à une fusion des associations © Scoopdyga

Probable? Souhaitable? Envisageable? Quid d'une fusion entre les deux principales associations d'éleveurs normands ADEP (Association des Eleveurs du Pin) dans l'Orne et Cheval Normandie dans La Manche? A moins qu'elle ne soit inéluctable?

Hervé Morin, Président d'une Normandie réunifiée, a récemment redit "la nécessité d'un interlocuteur unique pour traiter les dossiers de subventions aux associations". Mais entre volonté politique et volonté technique, le rapprochement des trois associations (Organisation Normandie Poneys-O.N.P- comprise) pour ne former qu'une entité n'est pas encore d'actualité. Lors de la récente A.G de l'ADEP qui s'est tenue vendredi dernier 2 février les parties prenantes ont davantage opté pour une alternative. Elles se sont retrouvées sur une convention tri partite afin que Cheval Normandie porte les demandes de subventions auprès de la Région. Cette solution sera-t-elle acceptée? 

"On est dans l'action!"

Interrogé sur le sujet récurent d'une fusion des associations Jean-Baptiste Thiébot, Président de Cheval Normandie basée à Saint-Lô, indique "C'est sans doute une question de temps mais les lignes sont appelées à bouger dans un délai encore inconnu. La question de la fusion est bien antérieure à la gouvernance d'Hervé Morin (qui la reprend à son compte, ndla). Elle remonte à 2009 avec la création du Conseil des Chevaux de Basse-Normandie. On parlait déjà de rassembler les énergies normandes. Soyons sérieux, à l'échelle du monde nos micro territoires n'existent pas. La Chine, les Etats Unis, nos voisins européens  considèrent la Normandie dans sa globalité. Effets collatéraux d'une fusion qui peine à se concrétiser, Cheval Normandie annoncera lors de sa prochaine Assemblée Générale un bilan 2017 catastrophique. Nous n'avons touché aucune subvention!". Jean-Baptiste martèle "En attendant des avancées et la levée progressive des blocages Cheval Normandie est dans l'action pour proposer des services aux éleveurs....et nous montons des dossiers"

"Chacun son identité"

Ca bloque pour se fondre dans un rassemblement à l'Association des Eleveurs du Pin qui a confirmé son opposition au projet de fusion. Le Président Jean Pierre Cosnuau (successeur du pétillant Philippe Martin) a considéré "que les éleveurs du Pin ont fait le bon choix en s'opposant à une fusion pure et dure... chacun conservant son identité propre et ses spécificités". Vision ancienne ou moderne, l'ADEP pourra t'elle encore tenir sur cette ligne?

Ce que l'on constate dans le paysage normand c'est que la notion de "circonscription" a disparu, que les Haras Nationaux, porteurs de cet ancien concept, n'existent plus non plus, et que les instances régionales entendent simplifier les circuits d'attribution de subventions ne demandant à voir qu'une tête. Guichet unique. On sait également que la sociologie des éleveurs de La Manche et de l'Orne est différente. Les premiers seraient plus ruraux? Les seconds plutôt double actifs ou amateurs? Mais une fois la réunification faite encore faudra t'il définir un siège? Saint-Lô ou Le Pin? Cheval Normandie compte davantage d'adhérents. C'est bien ce que redoute l'ADEP, se fondre dans la masse. Les lignes bougent progressivement. Il faudra sans doute du temps pour que la Normandie de l'élevage ne parle que d'une voix. Peut-être que des actions communes aux deux associations faciliteraient une avancée significative?