Max Thirouin : "Cachemire commence bien l'année"
mercredi 21 mars 2018

Max Thirouin et Cachemire de Braize
Max Thirouin et Cachemire de Braize © Coll

Malgré des conditions hivernales, le Haras des Brulys enregistrait quelques 511 engagements dans les épreuves réservées aux jeunes chevaux qui se couraient lundi 19 et mardi 20 mars. Au programme des deux jours, 18 épreuves de formation (1,2, et 3) ainsi que des qualificatives pour les 4 à 6 ans tracées par Joachim Pozzoli.

Parmi les 36 chevaux de 6 ans, dans l’épreuve au chrono de mardi, la victoire revient à Max Thirouin, en selle sur Cachemire de Braize (Quality Touch et Pashmina de Braize x Jaguar Mail), qui signe un temps de 68’’32. « Il est arrivé chez moi à l’âge de deux ans, je l’ai débourré et préparé. Sa mère est aussi la mère de Bugatti de Braize (Utrillo Z) que j’ai montée. A quatre ans Cachemire était bien classé à la finale, à 5 ans je n’ai pas pu le monter à Fontainebleau car j’étais au CSI3* de Samorin où Utopie Villelongue se classe 6ème. Il commence bien l’année, c’était son premier concours. Nous sommes toujours en contact avec son naisseur Alexandre Boyer car la mère produit très bien. » Max Thirouin montait également Mascotte Vd Withoeve (Enrico Vd Withoeve) et Chronos de Lessac (Ogano Sitte) né au domaine de Lessac à Guérande qui est sans faute hier et gagnait l’épreuve des 6 ans à Royan voilà quinze jours. Pour le cavalier du Manoir de Saint Hubert à Machault (77), la saison s’annonce sous les meilleurs auspices. « A Royan, tous mes chevaux ont été dans le Top 5, au Mans sur six parcours, cinq d’entre eux se classent dans le Top 5 également. Aurore de la Rose, la championne des 6 ans en 2016, est 2ème d’une épreuve et classée dans le Grand Prix. Je la monte pour son éleveur Bernard Chauve. Elle ira à Arrezzo sur le CSI 3* et 4*. Jewel de Kwakenbeek est 3ème et 5ème des deux épreuves ranking. Utopie Villelongue a commencé à Royan avec trois classements, elle sera également en Italie. Tous les feux sont au vert, même si sur les dix chevaux que j’ai au travail, je n’en ai que trois (Utopie, Jewel et Tarquin) pour les épreuves ranking. Je compte aussi sur Aurore et Aubade qui sont en pleine progression. » Concernant la suite de la saison, Max Thirouin n’a pas encore d’objectif clairement défini. « J’arrive à ce niveau là, mon but serait de courir le CSIO de la Baule en individuel pour voir comment réagit Utopie sur des concours de ce niveau là. » 

Toujours dans l’épreuve au chrono des 6 ans, Jérémy Le Roy décroche la 2de place avec la jument Cosma du Lys (Landstrum SF) propriété de Steve Rousseau en 69’’55. Le cavalier basé à Dourdan se disait satisfait de ce résultat car la jument, qui a intégré ses écuries voilà un mois, a fait très peu d’épreuves. « Elle est très concours et à Royan elle a fait deux sans fautes sur trois. » Jérémy sortait également Ceska de Florianne (Numero Uno), propriété de l’adjudant chef Didier Willefert et qui finit 6ème de cette épreuve, ainsi que Chanel d’Herbiers. Pour la saison à venir, Jérémy Le Roy se partagera entre les 25 jeunes chevaux de son écurie, et les dix chevaux d’âge, dont Saga de Romilie qui reprend après une période d’arrêt et Razzia des Sables avec lesquelles il prévoit de courir les CSI2*. 

Ludovic Gaudin, installé près de Provins (77), prend quant à lui les 3ème et 4ème places avec respectivement  (Controe x Elan de la Cour) en 70’’69 et Cadence d’Elle fille de Notre Star de la Nutria (70’’97). « J’ai déjà monté Charlestone à 5 ans. Il est très moderne, très près du sang, très chic et efficace, malléable, il a un gabarit qui lui permet d’être rapide, il devrait être performant cette année. Il est destiné à être commercialisé. Cadence est une jument que je viens de faire acheter cet hiver à Adeline Gibault.  Elle est très sympa, respectueuse, rapide. Soit elle la montera plus tard, soit elle me la laisse et nous la commercialiserons par la suite. » Pour gérer son établissement qui comprend un poney club, un centre équestre, une écurie de propriétaires, et une écurie de concours, soit environ 60 équidés, Ludovic peut compter sur son associé Corentin Pouthé et sur sa monitrice, propriétaire des installations. Il espère être performant avec Baby Love et Uline Platière dans les épreuves sur 140 et plus, ainsi que sur Royal Platière avec lequel il était sacré champion de France Pro 1 en juin 2017. 

Gwénaël Garo, à la tête avec son épouse Nathalie de l’élevage du Cyan, à Saulx Les Chartreux (91) avait déplacé plusieurs produits maison, dont Cosma du Cyan (Quebracho Semilly x Double Espoir) et son impressionnant étalon Carbone du Cyan (Diamant de Semilly) qui débute sa carrière de reproducteur cette année. Le grand cheval noir, puissant et agile,  est disponible en frais, réfrigéré et congelé au Haras de Gravelotte à Varennes Jarcy (91). « Il était 10ème de la finale des 5 ans en 2017, il a gagné le concours SHF indoor d’Equita Lyon. Sa mère Cartoon Carlay Z, est une fille de Caretano Z, c’est un top cheval. »  C’est toutefois avec Coryzalia du Plant (Kannan) qu’il pointe en 5ème position de l’épreuve. Le cavalier se disait aussi ravi de Cingiti Fontaine (Kannan) propriété de Gérard Rameix qui a « beaucoup de moyens mais a besoin de mûrir un peu. » Outre ses douze chevaux d’élevage, Gwénaël accueille 60 chevaux sur son site. Le projet qui lui tient à cœur cette année est de courir le Grand national (à Jardy 23 au 25 mars) pour défendre les couleurs de l’écurie Butet/Laboratoire Ravenne  avec Bruno Selva et sa fille Louna Garo, 14 ans, qui monte également les grands prix poney et la Tournée des As. Gwénaël sellera pour l’occasion Prisca Saint Clair (Le Tot de Semilly).

Résultats complets du concours de Barbizon https://ffecompet.ffe.com/