Barbara Lissarague sur la plus haute marche du podium !
lundi 31 janvier 2005

dubai2005-lissarague-arrivée
Barabara Lissarague - Ph. Christian Lozano

Coup de théâtre à Dubaï samedi 29 janvier à quelques minutes de la cérémonie de clôture du championnat du monde d’endurance : le vainqueur Sheik Hazza bin Sultan al Nahyan était disqualifié laissant la victoire à la française Barbara Lissarague !

Lorsque les organisateurs sont venus dire à Pierre Cazes que Barbara Lissarague monterait sur la plus haute marche du podium, le camp français a cru à un gag ! Ce n’est qu’en voyant le drapeau français se positionner sur le plus haut mât et lorsque la Marseillaise a résonné que l’équipe de France et ses supporters ont vraiment réalisé que l’exploit de Barbara Lissarague et Georgat trouvait la consécration suprême ! Le Dr Sheik Sultan bin Khalifa al Nahyan, Président de la Fédération Equestre des EAU est venu annoncé aux journalistes qu’un échantillon de sang du cheval gagnant Hachim avait été testé positif à une substance prohibée, sans préciser de quoi il s’agissait. En conséquence de quoi, Sheik Hazza Bin Sultan al Nahyan, qui est son propre neveu était disqualifié, mais en cas de résultat négatif sur le 2e échantillon, Sheik Hazza serait restitué! Sans trop comprendre ce qui se passait, le clan français a assisté à pas mal de mouvement dans la tribune des Sheiks, avec le départ du déjà ex vainqueur qui a ensuite fait savoir qu’il contestait la procédure appliquée par la FEI et demandait une contre-expertise! Le nouveau 3e, Sheik Hazza bin Zayed al Nahyan lui aussi membre de la famille princière d’Abu Dabi, ne participait pas non plus à la cérémonie , et c’est un des fils de sheick Mohamed qui est monté sur le podium sans que vraiment personne ne s’en rende compte !

De son côté Ian Williams, Président du jury de terrain et responsable de l’endurance à la FEI indiquait ne pas être en mesure de commenter les évènements faute d’information ! Après les avatars des J.O d’Athènes, ce championnat disputé dans un faste hors du commun se termine par nouvelle épine dans le pied de la FEI ! Tôt ce lundi matin, Pierre Cazes après discussion avec Ian Williams était en mesure de confirmer que le test positif sur l’échantillon A avait bien été effectué dans des conditions conformes aux règles, le laboratoire de Dubaï étant parfaitement agréé. En revanche la décision d’organiser la cérémonie avec un nouveau classement non encore officialisé par la FEI, a été prise par Sheik Mohamed après consultation avec le Président des EAU lui-même, mais sans avis de la FEI. Pour Sheik Mohamed il était important d’avoir une cérémonie correspondant à un podium qui ne serait pas ensuite remis en question.

La FEI dont on a fustigé les lenteurs à maintes occasions, s’est cette fois fait prendre la main par le comité d’organisation qui a souhaité que ce championnat se déroule dans une parfaite éthique ! Sauf que l’absence de l’aval de l’autorité suprême des sports équestres pose problème ! A ce titre Ian Williams souhaite le rétablissement du classement initial avec le respect des procédures, soit une contre expertise avec l’échantillon B dans un laboratoire officiel, et non privé comme le demande l’entourage du cavalier destitué. Au moment d’un entretien officiel entre Pierre Cazes et Ian Williams (lundi 31 janvier 2005 vers 10h, heure locale), Sheik Hazza n’avait pas déposé d’appel officiel. Sur le terrain les spéculations en tout genre vont évidemment bon train, et il convient de ne pas tomber dans les colportages de rumeurs et d’attendre confirmation des tests effectués.

En attendant d’en savoir plus, le mieux est de savourer la performance de Barbara Lissarague. Au départ de l’ultime étape, la landaise pointait en 4e position, accusant près de 6 minutes de retard sur le leader sheik Mohamed al Maktoum, et un peu moins de 3 minutes sur Sheik Hazza bin Sultan. Rarement l’expression ‘’aller chercher une médaille’’ aura été aussi justifiée : avec Georgat lancée plein galop dès le départ, elle avale les 19 derniers kilomètres à la moyenne de 31,28 km/h ! Nashmi, le superbe arabe australien de sheik Mohamed en tête sur une grande partie de la course, accusait le coup et après avoir été dépassé par son jeune rival d’Abou Dabi, l’émir de Dubaï voyait aussi la française et sa jument grise lui filer sous le nez dans l’ultime ligne droite de ces 160 km.

En bouclant le tour en 7h04 ‘ soit à la moyenne de 22,63 km/h , Barbara Lissarague et Georgat entrent dans l’histoire non seulement en décrochant le titre mondial, mais établissant un nouveau record sur la distance. Le couple démontre aussi magistralement comme le souhaitait Pierre Cazes qu’il est possible de s’imposer sous le soleil des EAU avec un entraînement bien mené en France. Deux autres cavalières hissent les couleurs de l’Europe dans le top ten de ce championnat, le couple vainqueur du CEI O de la Baule Diana Origgi/Jasmineh 4e et médaille d’or par équipe pour l’Italie et Sunny Demedy, avec Haoussa Larzac. Virginie Simon termine à la 14e place, effectuant une superbe remontée après un début de course loin de la tête.

Cette médaille et ces deux bons classements consolent les français des déboires de l’équipe. Le 3e vet-gate a en effet été fatal à Gourbi dont la boiterie sans doute lié à une crampe n’a été que temporaire, et à Al Koum lui aussi boiteux, un premier diagnostic à chaud laissant entrevoir une entorse du boulet. Après le retrait d’Emilie Lambert et de Raphaël Muller, Simon Bellot sentait Douar un peu perdu sans ses co-équipiers et décidait d’abandonner au 4e vet-gate. D’autres nations qui affichaient de sérieuses prétentions n’ont pas mieux réussies, à commencer par les EAU qui malgré 6 cavaliers dans les 12 premiers n’ont pas trouvé la bonne composition pour l’équipe dans laquelle ne pointent dans le classement final que Sheik Mohamed et son fils aîné Rashid sur Falène de la Drôme rebaptisée Al Wadha. Les américains qui visaient l’or par équipe, n’ont même pas pu participer à l’ultime étape ! Habitués du podium par équipe l’Australie est en revanche bien au rendez-vous, prenant la 2e place devant la Belgique dont les cavaliers ont joué la carte du collectif et de la sagesse, terminant aux 31e, 32e, 34e et 35e places. Sur les 175 partants, 61 chevaux seulement passent avec succès le contrôle final, Daphné Richard pour le Canada rentrant à 21h54’20’’, soit 5 h 45 après Barbara Lissarague !

Les très belles photos de l'arrivée et de la joie du clan français sont de Christian Lozano