Beat Mändli ou l’élégance faite efficacité
mercredi 25 janvier 2006

mandli-medaille
Beat Mändli - Ph. Cosinus Prod

Actuel leader de la ligue européenne de la Coupe du monde de saut 2005-06, Beat Mändli effectue un grand retour au premier plan. L’élégant styliste helvétique, membre de l’équipe vice-championne olympique en 2000 et vice-championne d’Europe un an plus tôt déjà, avait un peu disparu des sommets ces dernières années, hormis une médaille de bronze aux Européens 2003.

Légende photo: Beat Mändli à Donaueschingen - Ph. Cosinus Prod

Ses performances étaient tributaires de la (baisse de) forme de LB Pozitano, présent très épisodiquement sur la scène et officiellement retraité depuis ce mois de janvier 2006 : une petite fête aura lieu lors du CSI***** de Zurich qui se tient du 26 au 29 janvier. Après avoir passé plusieurs années à Riaz, près de Fribourg, dans la belle région de la Gruyère, sur les installations de la famille Liebherr, Beat Mändli (36 ans), Schaffhousois de naissance, s’en est retourné en Suisse-Alémanique, avec femme, la Britannique « Mandy », fils, Thomas, et chevaux.. Début 2005, il a élu domicile à Kappel-am-Albis, sur la propriété de Rolf Theiler, l’organisateur du CSI de Zurich, qui occupa aussi –temporairement- les fonctions de chef d’équipe. Rolf Theiler est le principal mécène actuel de Mändli, même si les six chevaux de tête du cavalier sont la propriété d’un consortium de six personnes (Rolf Theiler et Beat Mändli compris).

Légende photo: Beat Mändli et Pozitano à Sydney - Ph. Cosinus Prod

Pour cette année 2006 qui le voit débuter au sommet de la hiérarchie européenne, Beat Mändli peut compter sur trois chevaux de Grand Prix, les deux Selle Français Indigo IX, un fils de Paladin des Ifs (et la mère est par Kouglof II), revenu à son meilleur niveau après une sérieuse opération due à des coliques, l’été dernier, et Idéo du Thot, un fils d’Arioso du Theillet, 2e du GP de Zurich 2002 avec l’Allemande Susanne Behring, l’entraîneur de Christina Liebherr, et un hongre allemand, du Mecklenburg, le gris Principal, également blessé l’été dernier et de retour ce printemps seulement. Tous trois ne « prennent » que dix ans cette année. La jument suisse Chiara (9 ans) et deux 7 ans, le S. F. Liberté Courcelle et le holsteiner Connor, complètent son piquet actuel.

Légende photo: Beat Mändli et Indigo à Genève - Ph. Jean-Louis Perrier

Beat Mändli peut donc imaginer courir deux lièvres à la fois, Kuala Lumpur et Aix-la-Chapelle. « Je pense disputer la finale de la Coupe du monde avec Idéo du Thot, très régulier sur le circuit indoor cet hiver, tandis que je compte d’abord sur Indigo IX pour me qualifier pour les Jeux Mondiaux, mais la saison est encore longue … », analyse Mändli.On se réjouit en tout cas de le revoir au top, car sa belle équitation, fluide et harmonieuse, le mérite. Ses parcours sont souvent un modèle d’esthétique et d’harmonie. Modeste, Beat Mändli dit « ne pas avoir le talent d’un Rodrigo (Pessoa), d’un John (Whitaker) ou d’une Lesley (McNaught). J’en avais, mais j’ai vite compris que talent et bonne volonté ne suffisaient pas, j’ai beaucoup travaillé pour en arriver là, notamment entre 23 et 25 ans ». Son premier « prof » fut sa mère, puis son frère aîné Markus, récemment décédé, qui l’aura suivi longtemps. Il passa aussi un an chez Ted et Liz Edgar (il avait à peine 18 ans) et un an aussi chez Thomas Fuchs.

Légende photo: Beat Mändli et Ideo du Thot - Ph. Jean-Louis Perrier

Pour la petite histoire, Beat Mändli monte très souvent à l’entraînement sans selle. Et s’il soigne particulièrement le dressage de ses chevaux, il dit ne pas se montrer trop contraignant : « Je ne travaille pas les problèmes d’un cheval. Si Galant, mon premier cheval de Grand Prix, a fait une belle carrière alors qu’il était limité, c’est grâce à son moral. Il ne voulait pas reculer et je ne l’ai jamais obligé à le faire. Pozitano, lui, ne supportait pas de trotter en début de travail. Après l’échauffement au pas, il veut toujours faire quelques minutes au galop, eh bien je ne le contrarie pas… ». Mais, en piste, l’osmose, la fusion, semble totale : Mändli, c’est la classe !

Légende photo: Beat Mändli et Pozitano à Sydney - Ph. Cosinus Prod

Date de naissance:Le 1er octobre 1969. Domicile: A Kappel am Albis, sur les hauts de Zurich, depuis début 2005 (auparavant à Bulle-Riaz)Taille: 182 cm.Poids: 72 kilos ("ça figure sur mon site internet et c'est juste!")Etat civil: Marié (à Amanda, « Mandy »), un fils, Thomas.Plus grands succès: - Champion suisse junior, avec Galant.- Champion de Suisse "élite" à deux reprises, en 1998 avec Litesso et en 2004 avec LB Oh Harry.- vice-champion d'Europe par équipe '99 à Hickstead (avec LB Pozitano) et 3e par équipe en 2003 à Donaueschingen (avec LB Pozitano).- 3e de la finale de la Coupe du monde 2000 à Las Vegas avec LB Pozitano (il avait déjà été deux fois 4e, avec City Banking)- vice-champion olympique par équipe 2000 à Sydney (avec LB Pozitano)- Vainqueur de GP aussi prestigieux que Dortmund, Brême, Paris (Salon du cheval et Bercy), Vienne (2002 et 2005) ou Maastricht (2002 et 2005) ainsi que le Masters de Zurich (’99).- Fin 2005, Beat Mändli a remporté le GP de Vienne (Idéo du Tôt) et le GP de Maastricht (Indigo IX). En Coupe du monde, il se plaçait successivement 2e à Oslo, 6e à Stuttgart, 3e à Genève et 4e à Londres, pour finir l’année largement en tête de la Ligue européenne.

Légende photo: Beat Mändli et Principal à Paris - Ph. Christophe Bricot