Beerbaum et le maréchal-ferrant!
vendredi 23 janvier 2009

geneve8-muller-cheenook
Manfred Müller et Cheenook's Boy CH © www.scoopdyga.com

Ce n'est pas une fable, c'est bien la réalité: Manfred Müller, maréchal-ferrant suisse de 38 ans, a pris la 2e place du Grand Prix Rolex, jeudi soir à Zurich, avec un cheval suisse, Cheenook's Boy CH, ne s'inclinant que de 15 centièmes devant le grand Ludger Beerbaum et All Inclusive.

Les Français ne se sont pas classés, mais, auparavant, Michel Robert était deux fois 2e en ouverture, avec Lancarino et Kronos d'Ouilly, Julien Epaillard 3e avec Commissario..

C'est un morceau de bravoure qu'ont réussi jeudi soir au Hallenstadion de Zurich Manfred Müller, un maréchal-ferrant suisse de 38 ans, et son généreux hongre indigène de 12 ans Cheenook's Boy CH. Nos deux Helvètes ont en effet été à deux doigts de remporter le Grand Prix Rolex, le premier des trois rendez-vous majeurs du week-end. A quinze centièmes près, l'exploit se serait mué en sensation...La victoire boudait l'outsider, elle allait au grand Ludger Beerbaum, si souvent victorieux ici par le passé (8 Grand Prix, dont 4 le dimanche), mais heureux et soulagé de commencer l'année de la plus belle des façons, après une fin 2008 marquée par les décès, à quatre jours d'intervalle, de son père et de son grand mécène, Dieter Schulze. La naissance d'une petite Cecilia était venue apaiser son coeur, mais décembre avait été rude. On ne sait pas lequel des trois premiers était le plus heureux car, pour l'amateur argentin Jose Larocca, basé avec ses chevaux à Genève, la 3e place était aussi synonyme de victoire. Pour lui, comme pour Müller, cet accessit constitue le plus beau résultat de sa carrière.

Des finales d'élevage d'Avenches, où il s'était révélé, en 2004, Cheenook's Boy CH atterrit dans l'élite et il aura changé la vie, le destin de son cavalier. De maréchal-ferrand à temps plein, Müller devint "pro" et gérant de manège, à Wängi. Mais le Thurgovien ferre encore deux jours par semaine, pour le plaisir, tout en brillant en international. En décembre dernier, à Genève, il avait bouclé une saison 2008 marquée par trois victoires en GP internationaux (dont le CSIO de Zagreb)."J'ai la chance d'avoir un cheval exceptionnel, qui se bat toujours à fond. Et il s'en sort dans toutes les situations", dit Müller de son "Boy", avec modestie, comme pour s'excuser de n'avoir pas toujours des abords précis. Ces deux-là ont pourtant une telle complicité que tout leur semble permis. En revanche, Manfred Müller n'est pas qualifié pour le GP Coupe du monde de dimanche, les 40 cavaliers "élus" ayant tous été choisis par le règlement (30) et les organisateurs (10). Il est dommage que les résultats n'entrent pas en ligne de compte et on en vient à espérer une défection...Christina Liebherr, elle, est qualifiée pour le tout et elle a deux fers au feu. "LB Robin Hood" a très bien sauté hier soir (5e) et la Bulloise aurait même gagné avec plus de deux secondes de marge sans une faute sur le No 1. Elle a (aussi) eu la satisfaction de tourner sans faute l'après-midi avec son olympique "LB No Mercy" (12e), enfin remis de ses pépins estivaux et déjà irréprochable à Zwolle (Hol).

Pas de réussite dans ce Grand Prix pour nos trois Français. Une barre pour Julien Epaillard, convaincant avec Loops de Batilly, une barre sur le No 1 (rageant!) et un point de temps dépassé pour Philippe Rozier et Randgraaf, deux barres en début de parcours pour Michel Robert et Mme Pompadour M, qui revient ici après une pause de presque deux mois. Les Français avaient, en revanche, brillé l'après-midi, notamment Michel Robert, deux fois 2e. Dans l'ouverture (135 cm), en selle sur Lancarino, le triomphateur du Top-10 ne s'inclinait que devant Marcus Ehning, plus rapide de 3 dixièmes avec For Germany, un des bons rejetons de For Pleasure. Et dans l'épreuve à 145 cm, réservée au Top-30 du concours, il était le second de Beat Mändli. Le Rhônalpin montait Kronos d'Ouilly et il galopa fort, mais échoua pour 4 dixièmes face au Suisse, 1er avec Cassinga. Julien Epaillard était 3e de cette épreuve avec son bon gris Commissario, Philippe Rozier 10e de la petite avec Idéal de Roy.

Photos d'archive par Scoopdyga et Jean-Louis Perrier