Bonneau devant le fait accompli
lundi 30 août 2004

arnhem bonneau
arnhem bonneau

Contacté immédiatement, Jean-Maurice Bonneau reste prudent même si on le sent fort mécontent : « Je ne souhaite pas trop m’exprimer, je l’ai appris en consultant ma messagerie et depuis je n’ai pas eu le DTN.

Je ne comprends pas cette décision concernant un membre de mon équipe, j’ai toujours dit et je maintiens que je suis prêt à assumer cet échec et à en discuter. Je m’attendais à un retour difficile mais pas de ce côté-là. » Interrogé sur un éventuel risque vétérinaire pris au départ de Saumur, le sélectionneur est affirmatif : « Tous les vétérinaires traitants sont venus faire un bilan des chevaux qu’ils suivent avant de partir. Oui, nous avons eu un petit doute sur Dollar. A l’oeil je ne voyais rien mais Eric sentait un inconfort au trot. Des soins et deux jours de travail léger ont été prescris par son vétérinaire, Lieve était à Dublin, et la sensation a disparu à la reprise normale du travail. Son vétérinaire est revenu donner son feu vert avant le départ. Si j’avais eu le moindre doute je ne l’aurais pas amené. »