Coup du sort
vendredi 18 avril 2008

smarty
Smarty Red Delmaso et Rudolph Caruso - Ph. D.R.

Les bleus attaquaient le premier CRI de Mooslargue. Le seuil des 71 points était l’objectif à la clef pour entrevoir sur l’ébauche d’une sélection. Les patterns ont été ponctués de deux prestations satisfaisantes mais également d’une grande consternation.

Si le contentement pouvait se lire sur les visages lors du passage d’Yves Fromont ou encore de Rudolph Caruso, la prestation de Grégory Legrand a tourné au drame. En effet, New Doc Peppy Cat s’avère boiteux à l’issue de son pattern. Il reste sur la touche nécessitant une visite vétérinaire avant de pouvoir reprendre la route de l’écurie francilienne. Aucune fracture n’a été decelée et le diagnostic est pour l’instant incertain. L’incident va toutefois nécessiter un arrêt de plusieurs semaines ce qui compromet la saison en cours. Cette défection s’ajoute au retrait de Siegfried Weber au sein du groupe France. L’entraîneur national regarde aujourd’hui vers d’autres prétendants qui figuraient dans la longue liste initiale pour consolider l’équipe. A Mooslargue, Il constatait avec satisfaction les résultats de Rudolph Caruso, le cavalier installé dans le Nord-Est, qui remporte tout d’abord l’épreuve Open en compagnie de Smarty Red Delmaso avant de se placer en septième position dans l’épreuve du CRI. Dans cette dernière épreuve, c’est Yves Fromont qui se place dans le peloton de tête avec une troisième place avec Titan Texan, toujours en forme en ce début de saison. De leurs côtés, Laura Duponchel, Pierre Barret, Christophe Kayser et Jean-Pierre Arrot, également engagés sur cette épreuve incontournable laissaient échapper les points positifs et se retrouvaient en dessous du seuil des 71 points. A l’issue de l’épreuve, la victoire revient à la réputée Suissesse Jaenette Kraehenbühl et Arc Golden Boy devant le cavalier Allemand Daniel Schlömer et Top the Top. L’heure d’un premier bilan a sonné et la situation n’est pas rose. Guy Duponchel va devoir se creuser les méninges pour reconstruire le noyau dur du groupe. Hélas, les couples à ce niveau sont peu nombreux et certains cavaliers ne semblent pas souhaiter entrer dans le contexte du team en place. Une affaire à suivre dans les semaines à venir pour connaître les perspectives d’une sélection éventuelle en vue de l’échéance mondiale prévue en septembre prochain.