Dans quelques heures, ça va commencer !
lundi 09 septembre 2002

jerez-obstacle-cce
Ph. jerez2002weg.com

Jerez de la Frontera est en pleine effervescence, demain à 19 heures, une cérémonie d’ouverture qui promet d’être fastueuse (400 cavaliers andalous, 40 attelages, parade aérienne, lâcher de parachutistes, démonstration de chute libre, 10 000 ballons, etc) donnera le coup d’envoi des quatrièmes Jeux équestres mondiaux.

Pour l’heure, la ville est transformée en une véritable fourmilière dédiée aux sports équestres. Sur le tarmac de l’aéroport déjà le logo des JEM sourit aux arrivants avant qu’une brassée de bénévoles ne prennent le relais autour du tapis à bagages. Puis panneaux, banderolles à l’effigie de Fino, la mascotte, balisent le chemin jusqu’au site de Chapin. Là, en moins d’un an la physionomie des 30 hectares sur lesquels sont regroupés l’ensemble des structures s’est littéralement métamorphosée.

Bâtiments, manèges, hôtel flambants neufs ont poussé comme des champignons autour d’un stade olympique (22 000 places pour accueillir les cérémonies comme les compétitions de dressage et de saut) entièrement restructuré. Si les réalisations sont stupéfiantes, actuellement les engins de chantiers côtoient les premières détentes des dresseurs… Tous les sols, réalisés par Toubin-Clément, sont finalisés ce qui n’est pas encore le cas de l’ensemble des pourtours décoratifs du stade comme d’une foultitude de détails aux abords. En 48 heures, le village exposants a pris des couleurs et commence à s’animer au fil de l’arrivée des camions. Du côté des écuries, seuls les chevaux de dressage et de voltige avaient pris leurs quartiers dès hier. Les chevaux de complet sont attendus dans la journée. Quant à nos troupes, seuls quelques représentants fédéraux, Hubert Perring et Margit Otto Crépin, les longeurs et grooms des voltigeurs sont sur place depuis hier. Soins aux chevaux et petites détentes occupent les uns, tandis que les autres répondent aux longueurs administratives (accréditations des hommes, des chevaux, des voitures…) inhérentes à un tel événement.

Jean-Michel Devoucoux, déjà installé dans le village exposants : « Je suis impressionné par les transformations du site, c’est bleufant ! »

Christian Guntzberger, de la société Basic, chargée du chronométrage et de l’informatique : « Il y a encore huit jours on imaginait mal que les Jeux pourrait être accueilli ici, aux abords du stade la route n’était même pas bitumée ! Depuis tout a avancé très rapidement, bien que pas mal de détails soient encore en cours. »

Tout le dossier Jerez