Débriefing au reining
mardi 25 juin 2002

Calbrix
Calbrix

Suite à l’échec de Reggio Emilia où la France n’a pas réussit à se qualifier pour les jeux mondiaux de Jerez, la Fédération Française d’Equitation a organisé un débriefing avec les 4 cavaliers, l'entraîneur national et le D.T.N.

les 4 cavaliers : Francis ARROT François-Xavier JOUVAL Eric LAPORTE Franck PERRET

l’Entraîneur National : Alain CALBRIX

le D.T.N. : Olivier LE PAGE

La réunion, dans laquelle tout le monde a parlé franchement, a été très constructive.

Voilà l’analyse du groupe :

" Eric LAPORTE n’aurait pas dû embarquer un cheval boiteux, sans en avertir Alain CALBRIX, avant de partir, car il aurait été temps de le remplacer (ou éventuellement de le soigner).

Il aurait été souhaitable, étant donné le manque d’expérience des cavaliers par rapport aux compétitions F.E.I. (avec visite vétérinaire et contrôles anti-doping) qu’Olivier LE PAGE et Alain CALBRIX fassent vérifier l’état de santé des chevaux.

La solution retenue de s’adresser en cas de problème à un vétérinaire Italien (qu’Alain CALBRIX connaît bien ayant travaillé longtemps ensemble) s’est avérée mauvaise.

Il y a eu beaucoup de discussion concernant la nécessité d’un cheval de remplacement, certains cavaliers le trouvant nécessaire, Olivier LE PAGE et Alain CALBRIX estimant que l’on devrait partir avec des chevaux sains et que l’on ne devrait pas " casser " des chevaux pendant le voyage ou dans les derniers jours de travail (dans toutes les disciplines, on " lève le pied " dix jours avant les compétitions). On n’emmène pas de chevaux de remplacement à l’exception des championnats du monde et des Jeux Olympiques.

Alain CALBRIX n’aurait pas dû accepter de juger d’autres épreuves à Reggio Emilia pour être plus disponible.

Il aurait été souhaitable qu’Alain CALBRIX monte l’épreuve. "

Tout cela a mis une pression excessive sur les concurrents, ce qui peut expliquer la faute de François-Xavier JOLIVAL. (perte d’une rêne : faute éliminatoire).

Quoi qu’il en soit, c’est une grosse déception mais pas la fin du Reining : la France allait à JEREZ dans un but de reconnaissance, non de performance.

Tout le groupe a renouvelé sa confiance en Alain CALBRIX pour ses incontestables qualités techniques, souhaitant qu’il reste sélectionneur. Il serait souhaitable qu’Alain CALBRIX monte les épreuves s’il domine les autres de l’équipe et qu’il soit sélectionné par le groupe des cavaliers. Alain CALBRIX s’adjoindra un chef d’équipe s’il monte les épreuves. Lors des stages de préparation, les cavaliers sont demandeurs de plus de conseils, notamment dans le domaine vétérinaire (santé et entraînement).