Epoustouflant Broucqsault !
samedi 20 septembre 2003

broucqsault-dileme de cephe
Bruno Broucqsault et Dileme de Cephe - Ph. Cosinus Prod

Après les lauriers de Rome, Bruno Broucqsault s'adjuge le prestigieux Grand Prix CSIO de Barcelone en bouclant le seul double sans-faute d'une difficile épreuve nocturne avec son fidèle Dilème de Cephe. Celine Stauffer et Malin Baryard sont dans ses traces.

"J'ai un cheval extraordinaire, s'exclame Bruno Broucqsault, les yeux encore embués par l'émotion. Super disponible, il a encore mieux sauté dans la deuxième manche. Maintenant, j'espère qu'on va gagner dimanche. Je tiens à remercier toute l'équipe pour son soutien et Eric Navet pour ses précieux conseils." Le Chef des Bleus, Jean-Maurice Bonneau n'en finit pas de féliciter son protégé : " Deux Grand Prix CSIO dans l'année, c'est génial ! Nous avions décidé de jouer le barrage sans prendre de risques. En serrant les virages, Bruno à obliger les autres à galoper. Du coup, ils ont fait des fautes. Scénario idéal !"

Les dix couples qualifiés pour la deuxième manche (sept sans-faute, un 1 pt et deux 4 pts des trente huit couples au départ) ont ménagé le suspens de bout en bout. Dernier repêché avec 4 pts au compteur, l'Allemand Lars Nieberg (4+0), rectifie le tir avec un joli sans-faute d'Adlantus AS qui le hisse de la 10e à la 4e place. 6e après la première manche, le Français (0+0) signe le premier et unique double sans-faute, synonyme de victoire grâce à un Dilème de Cephe toujours aussi impressionnant. Le Tricolore prend une belle revanche après un été assombri par sa blessure (luxation de l’épaule). Celine Stauffer (0+4) part tambour battant avec Daloubet d'Evordes. Elle commet une faute à la sortie du triple mais remonte tout de même de la 4e à la 2e place. Un peu gourmande sur le vertical n°5, la Suédoise Malin Baryard (0+4) perd tout espoir de victoire avec la faute de Butterfly Flip mais conserve sa 3e place. Avec une barre de trop, Albert Zoer/Lowina (0+4), Ludger Beerbaum/Gladdys S (4+4) prennent les 5e et 6e place.

Certains couples ont connu une "descente aux enfers". Victime de deux fautes avec sa jument Roofs, le Hollandais Jan Tops (0+8) troque son leadership contre une amère 7e place. Le champion d'Europe, Christian Ahlmann (0+11) subit quant à lui un refus et une faute d'un Coster accusant un peu la fatigue. Il doit se contenter d'une 8e place. Même scénario pour l'Autrichienne Tatiana Freytag Von Loringhoven/Fine Kiss (1+11) et pour la Suédoise Helena Persson/Classic H (0+15) qui, après deux beaux sans-faute au premier tour, craquent, accumulent les fautes et terminent respectivement 9e et 10e.

Florian Angot/First de Launay et Hubert Bourdy/Eve des Etisses fautent tous les deux sur l'entrée du meurtrier triple de la première manche et finissent en 13e et 16e positions. Grosse déception en revanche pour Christian Hermon qui essuie trois fautes de son bon Ephèbe For Ever : "Le cheval était perturbé par l'éclairage (la piste présentait des zones d'ombres, ndla). Et puis, après ma faute sur le n°1, j'ai trop pensé au chronomètre pour essayer d'entrer dans les dix. " Cette contre-performance le met sur la sellette pour la finale de la Samsung Super Ligue dimanche face à Laurent Goffinet et Flipper d’Elle. Jean-Maurice Bonneau donnera son verdict en fin d'après-midi.