Eugénie Angot, royale à Vigo !
lundi 16 février 2004

eugenie-cigale-vigo
Eugénie Angot et Cigale du Taillis. Ph. P. Costabadie.

Une semaine après sa 7e place dans l’étape de Bordeaux, Eugénie Angot s’offre le GP Coupe du monde de Vigo avec Cigale du Taillis, et signe, par la même occasion, la première victoire française sur le circuit 2003-2004. Edouard Couperie décroche quant à lui la 5e place.


Ce week-end, les concurrents du circuit Coupe du monde avaient rendez-vous à Vigo, en Espagne. Huit couples se sont finalement affrontés au barrage. Eugénie Angot a été la plus rapide avec sa bonne Cigale du Taillis devant le Brésilien Bernardo Alves/Canturo, et le Belge Jean-Claude Vangeenberghe/Richebourg. Le jeune Robert Whitaker/Quality, Edouard Couperie/Pro Pilot II et Tony André Hansen/E. T. Royal Volo, également double sans-faute, sont dans leurs traces. Pénalisés de deux barres, Toni Hassman/Le Patron, brillant Dauphin de Rodrigo Pessoa à Bordeaux, et Maria Sundberg/Carlot III prennent les 7e et 8e places.

Photo : Eugénie Angot et Cigale du Taillis. Ph. P. Costabadie

A trente-trois ans, Eugénie Angot vient de signer sa première victoire en GP Coupe du monde (sur quatre participations seulement !) avec Cigale du Taillis. Un exploit quand on sait que si les Français sont souvent dans le coup, leurs dernières victoires remontent à celles d’Olivier Jouannetau/Uélème à Bordeaux en février 2002, et de Xavier Caumont/Baladine du Mesnil à Seville en 1998.

Vos impressions ?Je suis très contente, d’autant plus que c’est une belle victoire au couteau. Dernière à partir des huit barragistes, j’ai joué le tout pour le tout ! J’ai même été la seule à tourner à droite pour aller du n°2 au double, et la jument, toujours très rapide, s’est baladée.

Vous avez également terminé 3e de la Qualif ?Oui, comme je n’étais pas qualifiée pour le GP, il fallait absolument que je me classe pour y participer. D’habitude, je n’excelle jamais le premier jour, et là, en plus, je passais en n°1. Mais finalement tout a été pour le mieux ! Je n’ai pas cherché à aller vite, mais j’ai bien serré les virages et j’ai laissé Cigale Galoper. J’ai gardé la tête presque toute l’épreuve avant que les deux flèches britanniques, Whitaker et Smith, me grillent sur le poteau.

Depuis quand montez-vous Cigale ?Bernard Bouteiller me la confie depuis novembre 2002, mais elle a été arrêtée quelques mois l’été dernier suite à une blessure à La Courneuve. J’ai repris la compétition à Rennes fin septembre. Très régulière, elle enchaînait les classements en GP (dont une victoire à Pontivy), et sautait super. J’ai donc demandé à Jean-Maurice des sélections à l’étranger. Il nous a envoyées à Barcelone et à La Corogne, où la jument a confirmé sa compétitivité, puis à Bordeaux. J’ai ensuite été invitée à Vigo. Et voilà, tout a été très vite !

Quelles sont ses principales qualités ?Très volontaire, Cigale a un coup de jarret et une propulsion que peu de chevaux ont. Elle est dans le sang, un peu chaude mais très fine à monter. Bref, elle me va comme un gant ! On dirait qu’elle est taillée sur mesure.

Votre prochaine grosse échéance ?Je ne pense pas resortir Cigale avant Bercy. La jument a quatorze ans donc j’essaye de courir « utile », et de la garder fraîche. Ensuite, à moi de gérer, puisque suite à ces deux bons classements, je ne ferai plus figure d’outsider et j’aurai donc un peu plus de pression. Après, on verra ! Si la chance veut me sourire, et si j’ai l’opportunité de me qualifier pour Milan, je vais bien sûr la saisir. Mais le concours reste le concours et il faut rester prudent sur les pronostics !

Une victoire de très grande classe, de celles qui imposent le respect. Eugénie a parfaitement maîtrisé son sujet. Même Beerbaum et Pessoa sont venus la saluer ! Avec Bordeaux et Vigo, elle prouve qu’elle peut rivaliser avec les meilleurs.

6e du GP Coupe du monde de Bordeaux, Reynald Angot et Tlaloc M se sont fait une grosse frayeur sur l’étape espagnole. Parti une foulée trop tôt, le couple a panaché sur la spa. Une chute très violente. Mais plus de peur que de mal. Les deux compères sont un peu courbaturés et choqués, mais devraient reprendre la compétition au plus vite.

Après Vigo et à seulement trois étapes de la finale de Milan, les Tricolores figurent en bonne place dans la course à la qualification puisque six d’entre eux sont dans les 30 premiers. Avec 39 pts au compteur et une 11e place provisoire, Hubert Bourdy est le meilleur Français sur le circuit devant Bruno Broucqsault (17e avec 36 pts), Edouard Couperie (24e avec 31 pts), Eugénie Angot (25e avec 30 pts), Reynald Angot (26e avec 29 pts), et Jean-Marc Nicolas (30e avec 24 pts). Respectivement crédités de 15 et 14 pts, Patrice Delaveau et Michel Hécart se suivent aux 41e et 42 places.Prochaines étapes Coupe du monde : Paris-Bercy (5-7 mars), S’Hertogenbosch (25-28 mars), et Göteborg (8-11 avril).