Heureux mélange des genres
samedi 13 juin 2009

cannes9-guillon-kikuyu
Olivier Guillon et Kikuyu du Coty © www.scoopdyga.com

La soirée de ce vendredi comprenait trois épreuves. Deux d’obstacle, une vitesse et une relais, et le Grand Prix Spécial de dressage. La première a vu la victoire de Olivier Guillon et Kikuyu du Coty, le relais de l’équipe Massa Autopneus, et le GPS de l’Allemande Anja Plonzke. Rémy Issartel et Hilton terminent 5e.

Serge Houtmann, chef de piste déclarait avant le Prix Generali (1,50 au chrono) de ce soir que cette épreuve intermédiaire ne réunissait qu’entre le quart et la moitié des top chevaux et ne comprenait donc pas de difficultés particulières, et notamment pas de triple. En revanche trois doubles dont deux à la suite à sept foulées sur quart de cercle : « le double de verticaux n° 7 à une foulée peut provoquer des fautes ainsi que le troisième, vertical-une foulée-oxer dos à la porte. Parmi les obstacles isolés, la ligne 5-6 le long de la tribune, le vertical CN après un tournant serré et le dernier à quatre foulées longues ou cinq courtes après le double dos à la porte peuvent aussi générer des fautes. Mais il n’y a pas de piège ». Roger-Yves Bost signalait, lui, le massif oxer sur bidet Global Tour en n°3. Globalement, les fautes pouvaient se trouver partout et ce fut le cas, avec neuf sans faute, ce qui correspond au quart des partants, mais aussi des parcours très fautifs et surtout cinq abandons dont ceux de Julien Epaillard avec Labrador de Brekka et de Michel Robert dont le Kronos d’Ouilly ne semblait pas remis de ses émotions de la veille.

« Le parcours est classique, mais la difficulté venait de la combinaison vitesse et hauteur, déclarait Olivier Guillon juste après sa victoire. Ici, c’est particulier, la détente est de taille réduite et les chevaux s’y adaptent plus ou moins bien », donc ils sont ensuite plus ou moins disponibles. En ce qui concerne la jument d’Inès de Balanda avec laquelle il gagne, comme il y a trois semaines à La Courneuve, Lionel Guillon se déclare ravi. « Je la monte depuis deux mois et on commence à attaquer les gros concours. L’idée serait de gagner dans l’été un Grand Prix 4 ou 5 étoiles, mais pour l’instant je varie les difficultés afin que l’on se connaisse de mieux en mieux ».L’épreuve suivante a mal commencé, avec une mauvaise chute pour Michel Robert qui est sorti du terrain en civière. En fin de soirée, les nouvelles annonçaient une atteinte à l’épaule. Mais le sport a repris ses droits et ce relais par trois, toujours très enlevé, a vu une bagarre en tête qui s’est soldée par O,O2 seconde d’écart entre l’équipe Air Mauritius (Pénélope Leprévost, jean Marc Nicolas et John Whitaker) et l’équipe Massa Pneus (Edwina Alexander, Gianni Govoni et Noora Forsten) qui gagne.

Cette société parrainait l’épreuve suivante, le Grand Prix Spécial de dressage, accompagné de musiques malheureusement rarement adaptées, sauf quand les concurrents eux-mêmes les avaient proposées, ce qui était le cas de la gagnante, la jeune Allemande Anja Plönzke et son Oldenbourg Le Mont d’Or, auteurs d’une reprise dynamique, régulière dans laquelle on peut toutefois regretter des changements de pied très inesthétiques. Comme on pouvait s’y attendre, Rémy Issartel a légèrement amélioré sa prestation et termine 5e, malgré une erreur au début du travail au galop, devant le Britannique Dane Rawlins qui bénéficie des conseils de Sjef Janssen, tout comme la 2e Anne van Uytert (Holl). Prochain rendez-vous pour Rémy Issartel, et aussi pour Marc Boblet, au CDI de Vidauban, la semaine prochaine.

Tous les résultats sur www.jumpingcannes.com