Le CIO annonce de nouvelles mesures pour lutter contre le dopage
vendredi 24 août 2007

JO2004-dressage
JO2004-dressage

Dans un communiqué du 24 août, le Comité International Olympique annonce un renforcement de la lutte contre le dopage et préconise une série de nouvelles mesures.

Si ces mesures concernent uniquement les athlètes humains, on peut néanmoins penser que la FEI, seule responsable des contrôles des chevaux aux Jeux Olympiques et dont la Présidente, la Princess Haya a été récemment élue au comité du CIO, étudie certaines de ces préconisations...

De nouvelles mesures énergiques pour lutter contre le dopageLors d'une réunion tenue aujourd'hui en prélude aux 11es Championnats du monde d'athlétisme à Osaka, la commission exécutive du CIO a débattu d'une série de nouvelles mesures visant à renforcer la lutte contre le dopage dans le sport.Ces mesures, proposées par le président du CIO, Jacques Rogge, concernent aussi bien la prévention que les sanctions. Le président Rogge a déclaré à cette occasion : "Les récents événements liés au dopage nous rappellent que si les mesures prises dans ce domaine ont bien un impact, la lutte contre ce fléau n'en demeure pas moins un combat quotidien qui doit être mené de concert avec les autorités sportives, les équipes sportives, les athlètes, les entraîneurs et les gouvernements. Les mesures que nous avons passées en revue aujourd'hui entendent renforcer la politique de tolérance zéro que le CIO mène déjà à travers une augmentation sans précédent du nombre de contrôles de dopage (une hausse de 90 % entre Sydney en 2000 et Beijing l'année prochaine, où 4 500 tests seront réalisés), ainsi qu'à travers sa collaboration avec les autorités judiciaires et la création, le cas échéant, de commissions disciplinaires pour enquêter sur divers incidents liés au dopage qui ont pu toucher de précédentes éditions des Jeux Olympiques." Aperçu des mesures proposées :- Les athlètes pourraient être interdits de participation aux Jeux Olympiques en cas de violations des Règles antidopage durant l'Olympiade ayant entraîné des sanctions de plus de six mois.- Suspension automatique en cas d'échantillon A positif.- Le CIO pourrait se réserver le droit de réduire les sanctions infligées aux athlètes et à leur entourage reconnus coupables de dopage mais prêts à coopérer et fournir de précieuses informations sur les fournisseurs, réseaux et autres personnes appartenant à la filière du dopage.- Le CIO pourrait imposer de lourdes sanctions financières.- Renforcement des règles relatives aux autorisations d'usage à des fins thérapeutiques (AUT).- Le CIO réitère son appel lancé aux gouvernements afin que ces derniers signent la Convention de l'UNESCO dans les plus brefs délais.