Le vent en poupe
mardi 24 juillet 2007

open7-cso E2 cadet1
Céline, un sourire digne d'une jeune fille gagnante et fière de l'être. Le coach n'en pense pas moins. - Ph. Catherine Roux

LE CSO n’a pas failli pas à sa réputation. C’est le noyau dur de l’Open Clubs, la discipline qui peut compter avec sa côte montante. Point de vue au cœur d’un parcours Cadets.

« C’est terrible de devoir attendre le passage de trente concurrents avant d’apprendre que la première place est enfin dans la poche » ! confirme la cadette Céline Bliekast. Elle se tord les doigts en bord de piste alors que Lacoste des Sources, monture du Centre Equestre Le Waldhof en a vu d’autres. Au final, l’application et la justesse du choix sur la seconde phase lui donnent gain de cause. Celine empoche une victoire méritée qui conforte son coach. Ce dernier avait préparé l’échéance en stage depuis quinze jours et les jeunes étaient au top de la forme. Céline explique : « En fait, j’ai suivi les ordres à la lettre et dans la dernière partie, là où les autres tournaient à gauche, moi je prenais à droite et j’économisais des foulées et du temps Cette jeune fille comme tant d’autres de sa catégorie montrent une belle pugnacité alors que l’affaire n’est pas jouée d’avance en présence d’une forte participation.

Plusieurs épreuves comptaient entre 170 et 200 partants. Un casse-tête chinois pour un chef de piste qui n’a pas une exacte mesure de la population cavalière en présence. Robert Anselme explique : « Ces cavaliers débutent en compétition, ils n’ont pas toujours une assiette très affirmée et un bon jugement du parcours. Dans le principe, il ne faut pas les dégoûter car ils n’ont que deux parcours pour faire leurs preuves. Le premier tour doit être une mise en jambe pédagogique afin de faciliter le rêve en cours » . De fait, 80 sans faute sanctionnaient cette épreuve et il n’était pas question de compter seulement avec le chronomètre sans favoriser d’inutiles prises de risques. Robert Anselme confirme ses choix du second parcours : « j’ai choisi un tour plus sélectif qui faisait appel à plus de technique sans jouer trop fort sur les côtes mais sur un tracé ajusté. Dans ce type d’épreuves, il y a une grande différence de technique ou de maturité parmi les élèves sans oublier que la donne est faussée par la présence d’ex- amateurs 4 qui ont suivi un autre cursus Beaucoup ne sont pas encore des pilotes, il faut que les fautes servent pour la pratique future. Ce 2ème parcours confirmait le présage, on comptabilisait seulement 16 double sans faute à l’issue des épreuves.