Les Bleus sur tous les fronts !
mardi 16 juillet 2002

LaBauleGP-Broucqsault-Dileme
Bruno Broucqsault et Dileme de Cephe - Cosinus Prod

Non moins de 18 cavaliers, sans oublier la relève à poney et à cheval, ont défendu nos couleurs dans 5 pays différents ce week-end. Des CSIO***(*) de Belgique et de Suède où la France 2e et 4e fait bonne figure, y compris dans les Grands Prix, aux CSI-B italien et espagnol en passant par un gros CSI-A allemand, les Bleus étaient sur tous les fronts.


Deux CSIO le même week-end, voilà une ineptie récurrente du calendrier de la fédération équestre internationale synonyme de marathon pour des chefs d’équipe contraints à sacrifier plus de temps aux transports qu’à leurs cavaliers. Heureusement le miracle de la technologie permet presque d’accéder au don d’ubiquité par la « voix » des cieux ! Le point positif est de constater qu’entre CSIO et A, la France est à même d’aligner quasiment trois équipes !

En dépit d’une seconde manche conclue sur un score vierge, Roger-Yves Bost/Fée d’Helby (4+4), Olivier Guillon/Baladine du Mesnil (8+0), Bruno Broucqsault/Dilème de Cèphe (4+0) et Eric Navet/Dollar du Mûrier HDS (3+0), conservaient les 11 points de la première manche. Sans les rageants 3 points de temps dépassé d’Eric Navet, les Bleus pouvaient tenir tête à la Suède (2e) et l’Allemagne (3e) en équipe B qui se départage au temps. L’or ne se négocie toutefois qu’à 7 points pour l’Italie en formation première. Les deux piliers de la Coupe ont pris leur revanche en individuel dimanche dans le Grand Prix. Sur deux nouvelles manches à 1,60 m, Eric Navet/Dollar du Mûrier HDS et Bruno Broucqsault/Dilème de Cèphe s’imposaient dans le quatuor des doubles sans-faute. A 22 centièmes derrière le danois Thomas Velin et son selle français, Carnute Equest, Eric Navet finissait dans le même centième de seconde que le jeune talent Brésilien, Bernardo Alves/Fort de Neuville. Moins rapide, Bruno Broucqsault qui continue son incroyable ascension s’adjugeait une belle 4e place devant le champion du monde, Rodrigo Pessoa/Baloubet du Rouet auteur d’un temps record mais sanctionné d’une faute. Notons au passage que les selle français trustaient les cinq première places !

Dans le même temps en Belgique c’est un scénario inverse qui se jouait pour les Français dans la Coupe des nations. Tous auteurs d’un sans faute en première manche, seul Gilles Bertran de Balanda, qui transformait l’essai de son retour au premier avec Crocus Graverie, renouvellera cette performance au second tour. Christian Hermon/Ephèbe For Ever commettait une faute, Patrice Delaveau/Frascator Mail trois, soit 12 points qui pèseront lourd dans le score final (16 points) suite au forfait Katie Monahan/Mr Blue. « Katie n’avait pas un bon feeling sur son cheval, explique Jean-Maurice Bonneau, et compte tenu des quatre sans-faute de la première manche nous avons décidé qu’il valait mieux qu’elle suive son instinct. » Malgré ce score lourd, la France décrochera l’argent en s’intercalant entre des Anglais de second plan (8 points) et des Allemands en équipe C voire D (17 points), également contraints de conclurent à trois. Christian Hermon et Ephèbe for Ever (0+1) honoreront jusqu’au bout leur première sélection en équipe de France, qui fait suite à leur victoire au CSI-A de La Courneuve et leur 2e place à Deauville, en prenant la 4e place du Grand Prix remporté par Marc van Dijck et son très prometteur gris Cumano BD qui l’emportait dans un barrage en forme de duel face à un ancien élève de Jean-Maurice Bonneau, le japonnais Toshiki Masui et le bon Ernest, qui a baissé de pied dans ce troisième tour (12 pts). Patrice Delaveau et Frascator Mail étaient eux 9e suite à une faute en première manche. Crocus Graverie sera lui resté au repos selon le souhait de Gilles qui préfère ménager son retour.

Chez les poneys dans une composition exclusivement féminine, Loren Bolcato/Gazelle d’Equistar, Alice Chambaud/Dexter Leam Pondi, Adeline Lemens/Hopala et Justine Seuillerot/Hurlevan du Preuil, contrainte d’abandonner au second tour de la Coupe, accédaient à la troisième marche du podium avec 8 pts derrière les Belges (0 pts) et les Anglais (4 pts). Ce dernier CSIO avant les championnats d’Europe qui devait être une répétition générale pour l’équipe donnait finalement lieu à une modification de la sélection de Marcel Delestre. Une douleur dorsale d’Hurlevan du Preuil, coûte sa sélection à Justine Seuillerot, au profit d’Emeric George et Caline de la Ferme, performants en individuel.Les juniors, Adelaide Malandain/Elodie d’Aursaye (4+4), Anais Berthier/Finchal Semilly (4+4), Charlotte Pannequin/Désiree de Here (0+0) et Mathieu Billot/Eagle de Bobois (0+0) affichaient une forme et moral inébranlable qui leur vaudra l’or devant la Belgique (24 pts) et l’Italie (41 pts) qui s’effondraient en deuxième manche. Chez leurs aînés, c’est un jeune talent surclassé depuis deux saisons en internationaux seniors, Simon Delestre qui s’impose dans le Grand Prix avec un nouveau venu dans ses écuries, Rexito Z JPC, monté jusque-là par Hervé Godignon. En équipe les jeunes cavaliers prennent une seconde place derrière la Belgique, mais le classement n’est nullement représentatif du résultat puisqu’ils finiront sur le score écrasant de 46 points !