Les Jeunes français sur les traces de leurs aînés.
lundi 29 septembre 2003

atger-ELEIS
Virginie Atger sur Eléis d'Aurabelle - Ph. J.L. Perrier

Décidément septembre 2003 sera synonyme de grand cru pour l'endurance française. Après les 4 médailles des championnats d'Europe seniors, 2 nouvelles médailles sont tombées dans l'escarcelle française : l'argent par équipe et le bronze individuel pour Virginie Atger sur Eléis d'Aurabelle.

Avec cette deuxième édition le Mondial des Jeunes d'endurance a bien atteint une notoriété mondiale : 24 pays dont 13 alignant une équipe, venus des 4 coins du monde de l'Australie à l'Uruguay en passant par les pays du golfe persique ou la Namibie, ont participé au rendez-vous très bien organisé par la Fédération italienne dans les collines romaines de Pratoni del Vivaro. La lutte a été serrée entre les 84 concurrents au départ, 50 voyants avec satisfaction leur cheval passé le contrôle final avec succès. Longtemps animé par des représentants de l'Uruguay et du Brésil, la tête de course consacre finalement un podium européen avec la victoire de l'espagnol Giovani Fernandez Diaz sur Saukira devant l'italien Jacopo Di Matteo sur un anglo-arabe nommé Uruguay, qui bat au sprint la française Virginie Atger sur Eleis d'Aurabelle auteur d'une très belle fin de course. Par équipe l'Italie s'adjuge l'or pour moins de sept minutes devant la formation française, suivi avec un écart beaucoup plus conséquent ( presque 2 H.) par l'équipe des Emirats Arabes Unis qui ont enregistré une déconvenue avec l'élimination du tenant du titre sheik Hamdam.

L'entraîneur national Pierre Cazes complète son butin de médailles, 32 à son actif depuis qu'il est entré en fonction de sélectionneur en 1991 ! Une fois de plus l'ossature de son équipe a été largement féminine. Pierre Fleury qui courait en individuel et Clément Bonafé membre de l'équipe ont du stopper leur parcours après le 3° contrôle éliminatoire pour leur chevaux respectif Habadic'h et Gribouille. Pas d'angoisse en revanche du côté des filles, Géraldine Brault participant en individuel avec Galagolan du Désert prend la 11° place derrière Céline Just avec Nabath qui participait en équipe comme Céline Legros 22° avec Datila. Mais la meilleure performance est pour Virginie Atger qui assure l'argent à la formation et décroche pour elle le bronze avec la jument de l'élevage familial Eléis d'Aurabelle. Agée de 19 ans la petite provençale a de qui tenir, sa mère Bénédicte Atger-Emond ayant été un des piliers de l'équipe de France senior des années 90, plusieurs fois médaillée avec Sunday d'Aurabelle.

Photo: Virginie Atger et Eleis d'Aurabelle - Ph. J.L. Perrier