Nouvelle saison, nouveau défi
mardi 24 février 2009

reining-legrand
Grégory Legrand

Le groupe France Reining s’est trouvé en stage à la mi-février au Parc équestre Fédéral. Le groupe s’enrichie et chacun tient compte des échéances en ligne de mire.

Guy Duponchel a regroupé ses ouailles. Les cavaliers inauguraient à cette occasion une nouvelle piste de travail instaurée selon le concept Reining (résistant dans son dessous, fluide sur le dessus) dans le manège couvert. Ainsi qu’elle l’avait prévue, la FFE qui a accueilli le Western l’an passé au sein des disciplines élues, se donne aujourd’hui les moyens pour répondre aux exigences spécifiques.

Du côté technique, Guy Duponchel n’a rien perdu sur le circuit 2008 où il a détecté des couples susceptibles de rejoindre le groupe. Au seuil de cette nouvelle saison où il faudra assurer la participation à l’échéance Européenne (date et lieu non défini) puis l’année suivante la perspective des JM, il conserve les piliers : Laura Duponchel (Chic Sail Dream), Jean-Pierre Arrot (A Flashy Rooster) ainsi que Grégory Legrand (New Doc Peppy Cat et Gunmersauru Rex) absent l’an passé suite à la blessure de « Peppy ». Parmi les nouveaux couples, on note : Sophie Linhard ( Nu Sailor Lena), entraîneur Western en Ille de France et qui privilégie le Reining pour son compte personnel ; Pierre Barret (Whizard Star et Whiz Kid B Stardom) déjà connu dans l’Hexagone et qui vient de s’installer avec le statut d’entraîneur sur des écuries dans le Sud Est ; Siegfried Weber (RS Cohiba) autre entraîneur francilien a construit sa carrière sur le circuit européen. Tous trois sont très motivés par ce recrutement et l’intérêt que la FFE porte aujourd’hui à la discipline. « C’est un joli challenge qui est entre nos mains » précise Siegfried Weber « Il doit aboutir à une reconnaissance du savoir faire français en la matière ». Pierre Barret et Sophie Linhard surenchérissent d’un même élan « A nous tous de faire perdurer la construction de ce Groupe France et qu’il obtienne les résultats escomptés. Nous avons besoin de crédibilité alors que les pays limitrophes ont pris un peu d’avance. Dans ce domaine, l’échéance des Jeux Mondiaux nous stimule ».