Olivier Le Page, DTN justifie sa décision
lundi 30 août 2004

lepage-profil
Olivier Lepage - Ph. Cosinus Prod

«Je ne veux pas donner trop de détails pour éviter une atteinte du secret médical. Mais un cheval sur deux « out off order » au début des compétitions, c’est du jamais vu.

Je n’ai jamais vu un cheval de saut d’obstacles claquer après trois obstacles sans signes précurseurs, je ne l’ai même jamais vu après 7 000 mètres en complet ! Je crois que Lieve a été honnête, mais elle est passée à côté d’inévitables signes cliniques antérieurs. Pour Dollar, il a déjà été annoncé qu’il avait eu un problème au boulet postérieur droit à Saumur. Pour ma part j’avais été prévenu alors que j’étais déjà à Athènes. Sur place le cas a été jugé bénin et parfaitement compatible avec la compétition, on est obligé de constater qu’il y a une erreur d’appréciation. »

En tant qu’ex-vétérinaire fédéral vous étiez compétent pour intervenir, non ?«Il ne faut pas tout confondre, j’ai changé de métier je suis DTN plus véto, je ne regarde les chevaux que si on me le demande. Et quand on prend une décision seul, il faut l’assumer seul. Ces chevaux, je ne les ai jamais vus, jamais touchés avant, seulement après. Moi je n’aurais jamais laissé partir des chevaux dans un tel état.»

«Je ne veux pas revivre ça, il était indispensable de changer de véto. Et quand on coupe une tête il faut le faire vite et avec précision. Ma décision, prise en accord avec Jacqueline Reverdy, ne souffrait aucune discussion. Et je n’ai pas de problème philosophique pour laisser un message sur un répondeur quand le téléphone sonne et que l’on ne me répond pas. »

Contacté immédiatement, Jean-Maurice Bonneau reste prudent même si on le sent fort mécontent : « Je ne souhaite pas trop m’exprimer, je l’ai appris en consultant ma messagerie et depuis je n’ai pas eu le DTN. Je ne comprends pas cette décision concernant un membre de mon équipe, j’ai toujours dit et je maintiens que je suis prêt à assumer cet échec et à en discuter. Je m’attendais à un retour difficile mais pas de ce côté-là. » Interrogé sur un éventuel risque vétérinaire pris au départ de Saumur, le sélectionneur est affirmatif : « Tous les vétérinaires traitants sont venus faire un bilan des chevaux qu’ils suivent avant de partir. Oui, nous avons eu un petit doute sur Dollar. A l’oeil je ne voyais rien mais Eric sentait un inconfort au trot. Des soins et deux jours de travail léger ont été prescris par son vétérinaire, Lieve était à Dublin, et la sensation a disparu à la reprise normale du travail. Son vétérinaire est revenu donner son feu vert avant le départ. Si j’avais eu le moindre doute je ne l’aurais pas amené. »