Opération reining outre-atlantique
mercredi 22 décembre 2004

jerez-reining-canada
Ph. cosinus prod

Les Etats-Unis avaient la charge de cette première grande compétition. Elle a donc été organisée dans la ville fétiche d’Oklahoma City où se déroulent les plus belles prestations que compte la discipline.

Seize nations étaient présentes apportant la participation de vingt et un cavaliers. Le programme se partageait entre une épreuve « open » ouverte à toutes les nations puis un classement « restricted » ouvert aux nations qui n’avaient pas eu accès à la finale lors des derniers Mondiaux organisés à Jerez.

Il faut tout d’abord saluer l’exploit d’une jeune cavalière suisse, Jeannette Kraehenbuehl. Entraînée sous la houlette du célèbre Australien Martin Larcombe (installé en Italie), elle avait déjà fait parler d’elle lors de l’important challenge européen de Mooslargue (Alsace). Elle décroche cette fois, en compagnie de son cheval ARC Golden Boy, la troisième place dans l’épreuve Open derrière les deux cavaliers américains Todd Crawford et Todd Sommers. Forte de sa première prestation, la cavalière se retrouve en tête du classement de l’épreuve « restricted. »

Du côté tricolore, la chance n’était somme toute pas au rendez-vous. Franck Perret, représentant de nos couleurs, s'est rendu sur les lieux une semaine en avance pour se donner le temps de se mettre en selle avec une première monture prêtée pour l’occasion par l’entraîneur installé au Quebec, François Gauthier. Hélas, après un entraînement constructif et une épreuve pour se mettre en jambe, la jument est refusée lors de la visite vétérinaire. Il reste quelques heures pour trouver une solution et un propriétaire du même entraîneur propose sa jument Its All About Cash, mais elle ne possède pas de passeport international nécessaire pour les concours dans le pays voisin. En coulisse, les organisateurs américains ne se démontent pas et obtiennent en un tour de main les papiers nécessaires pour régulariser la situation sans se départir d’un optimiste au beau fixe. « Une aide exemplaire qui fait honneur d’une part aux organisateurs et à l’association du Reining américain, le NRHA » saluera l’entraîneur français Alain Calbrix également sur place aux côtés de notre cavalier. Le couple fait connaissance « Une seule possibilité en fait, allez à l’essentiel sans savoir si l’on doit « shower » en douceur ou aller chercher la performance comme c’est le cas lorsque on connaît son cheval. Là c’était l’inconnu total ». Mais comble de malchance, ce n’était pas le jour de notre « frenchy », après quelques figures bien débutées, la jument glisse dans un cercle rapide au galop et est à deux doigts de faire un roulé-boulé. La faute n’a pas échappé aux juges qui la sanctionnent d’au moins trois à quatre points en invoquant le manque d’équilibre… ! Franck se retrouve à la dix-septième place avec un score médiocre de 201 points au total ce qui le place tout à fait en dessous des scores auxquels il prétend en d’autres circonstances.

Cette première finale du World Reining Master restera tout de même dans les mémoires. «La mise en valeur de la discipline est en marche même s’il est utopique de vouloir atteindre les scores que les américains engrangent au fil des épreuves. Ils restent les maîtres incontestés, nous ne jouons pas tout à fait dans la même cour. Mais au final, les nations s’investissent aujourd’hui et c’est hyper constructif pour le Reining dans le Monde » confiait Franck dès son retour. La prochaine échéance est fixée en 2006 mais cette fois la finale se déroulera en Europe.