Pas de médaille tricolore en voltige
dimanche 27 août 2006

JEM6-volt-finalevorberg
Kai Vorberg - Ph. Amélie Thibot

Après quatre jours de compétition, Kai Vorberg s’impose tandis que Matthias Lang se retrouve en bas du tableau. Une déception pour le Français qui espérait renouveler à Aix-la-Chapelle l’or de Jerez. Meilleur français , Nicola Andreani termine 6ème

Ni son superbe début de championnat en tête des imposés ni son bon programme technique de samedi n’ont pu sauver Matthias Lang des suites de son concours. Le deuxième, comme le premier libre, ont subi une chute. Lors de la première manche, un Farceur Brécéen*HN sur l’œil et irrégulier au bout de sa longe avait fait chuter le voltigeur dès sa montée. Ce dernier avait ensuite enchaîné les petites fautes d’exécution. Dimanche, le cheval semblait mieux, mais là encore, Matthias est tombé après à peine cinq secondes de libre. Déconcentré, il lui a été difficile de revenir dans son programme. Il prend 7,207 au libre et 7,562 au total pour la 14e place finale. Malgré l’énorme déception de ne pas avoir eu la médaille qu’il était venu chercher à ces Jeux Mondiaux d’Aix-la-Chapelle, Matthias Lang ne regrette pas d’avoir tenté sa chance : « Pour Farceur, Marina et moi, le pari a été gagné puisque nous sommes revenus, ensemble, au meilleur niveau mondial, et sans doute un niveau supérieur à ce qu’il était avant mon arrêt de deux ans. Dommage qu’une médaille mondiale ne soit pas venue conclure cette année de travail. »

     Interview de Matthias Lang

Avec la contre performance de Matthias Lang, son principal concurrent, Kaï Vorberg n’a eu aucun mal à s’imposer dans ce championnat devant son public. Quatre très bons passages dont le libre sur le thème Amadeous Mozart, avec musique, tenue, et même les cheveux blancs en accord avec le thème, a été réalisé les deux fois sans faute d’exécution. Une victoire à 8,542 qui vient conclure une superbe année pour ce voltigeur allemand déjà champion du monde en 2004 et d’Europe en 2005. Il devance son compatriote Gero Meyer/Arador qui après un début en demi-teinte puisqu’il était 7e à l’issue de la première manche, a fait une superbe finale, 2e du programme technique et du libre. On ne peut que se réjouir pour cet Allemand qui avait eu quelques années blanches parce qu’il ne trouvait pas de cheval lui convenant. La bataille a été dure pour le bronze. Tout d’abord prise par Ararat Martin-Ruiz grâce à un excellent libre de première manche, c’est finalement au slovaque Ladislav Majdlen/Catalin III, laissant l’Espagnol au pied du podium.

Nicolas Andréani, qui avait pris une option pour une médaille vendredi en finissant la première manche sur la troisième marche du podium n’a pas réussi à y remonter après un mauvais programme technique qui l’avait relégué au 10e rang. Toutefois, il finit sur une bonne note, au propre comme au figuré, puisque son libre malgré deux petits ratés sans conséquence, lui vaut 8,940, le deuxième libre derrière Kai. Une 6e place au final pour ce français qui peut, d’ores et déjà, espérer une médaille dans les années à venir avec son cheval Idefix de Braize longé par Marina Joosten-Dupont dont les notes sont supérieures à 7,000 sur tout le concours. Autre Français d’espoir, Charles Thiebaut. Comme Nicolas, son gros point fort est le libre où il obtient en deuxième manche une bonne moyenne de 8,367. Il prend la 13e place. « Je suis content de l’ensemble de mon concours, pas de tous mes passages, mais je finis sur un bon libre. » Reste pour Charles Thiebaut à travailler les imposés, mais aussi et surtout le programme technique où il obtenait hier 6,870.

L’Allemand Tim-Randy Sia, 2e à l’issue de la première manche conclut en 5e place et Petr Eim, 4e des imposés et parmi les favoris à une médaille, n’a même pas été en finale du fait d’un cheval pas du tout aux ordres de sa longeuse lors du libre de première manche.

Photos par Amélie Thibot