Rendez-vous des jeunes champions à Vierzon
mercredi 03 juillet 2002

Fouques-dressage
Virginie Fouques et Wukephalas. Photo S. Dhondt

Durant ce week-end, les jeunes du dressage français vont s'affronter par reprises interposées dans les installations des Cambourieu à Vierzon pour les titres de champion cadet, junior et jeune cavalier. Des podiums décisifs avant les championnats d'Europe.

"Vierzon c'est vraiment pour une élite aux dents longues ! L'ambiance y est volontaire, gagneuse, voire agressive. A chaque fois, les gamins courent comme s'ils couraient les "Jeux olympiques" : commente Odile Van Doorn. Un bon résumé de ce que vont vivre les vingt cadets, quatorze juniors et sept jeunes cavaliers qui viennent de charger - leurs chevaux ! - le Bacho à peine passé pour certains ! C'était justement la priorité 2002 de Marie Duwat-Van Doorn qui part la tête sur les épaules pour ces épreuves juniors tandis que la guerre des nerfs a déjà commencé !

Nous n'allons pas le cacher plus longtemps, elles sont deux à partir auréolées : Claire Gosselin, championne cadette de l'an passé et Virginie Fouques aux multiples podiums dont le titre de championne 3e catégorie 2001 ! Et dans le rang des juniors, on peut entendre des : "Je vais faire le maximum, mais je ne compte pas rivaliser avec des gens comme Virginie" comme nous l'explique Léa Sancandi.Voyons du côté des protagonistes :"Claire doit garder la tête froide… Elle s'est prise une bâche à Sées, mais ça lui a fait du bien ! Je lui disais toujours "fait attention ! ça va bien pour toi, mais ça peut tourner !" Et voilà ! Mais du coup, elle a mieux géré à Saint Nizier ! La jument va tellement bien que je me dis que tout est possible ! Je l'ai entraîné comme un cheval de complet, avec beaucoup de galop. Aujourd'hui, elle a été super ! Souple, gaillarde, tellement bien que nous l'avons travaillée dix minutes puis j'ai dit à Claire de partir en ballade" : commente l'entraîneur Serge Cornut pour la cavalière de Lizell de Lauture.Etonnamment ce même mardi, Wukephalas faisait lui aussi de la forêt, comme nous l'explique Virginie : "Je pars là-bas comme je peux et j'essaie de ne pas y penser ! Du reste, aujourd'hui, j'ai fait une ballade ! Je n'ose pas aller le dire à Dominique (Brieussel)… mais de toute façon même lui dit que le cheval n'a plus besoin de travailler, alors…" Alors ? En effet, qu'est ce qui pourrait bien les perturber ? Leur RLM peut-être ? "Ma RLM ? C'est la même ! Faut pas changer les choses qui marchent !" Pour sûr ! Et pourquoi ne pas avoir tenté les jeunes cavaliers ? "Les jeunes cav' ? je laisse ça à Raphaël !", le concurrent direct de l'écurie Brieussel !

Eh oui ! le beau gosse de la famille Loison se retrouve avec son Paradino dans le groupe des grands tandis que sa petite sœur, Bénédicte, fait les Cadets avec Emeraude de Civry. Ce nom vous dit quelque chose ? Ce n'est pas étonnant, car Raphaël montait, il n'y a pas si longtemps, Djinn de Civry que nous retrouvons sous la selle de Magalie Martin, au côté d'Imperator de Civry monté par Tiphaine Berteaux. Cette Armada à l'affixe "de Civry" va bien sûr essayer de truster le podium des cadets devant un panaché de chevaux d'âge bien affutés, tel que : Atlas de la Croute, Ilko, Oleander, Veneur du Mesnil HN… tous titrés et pilotés par de jeunes loups prêts à tout pour être les meilleurs des vingt engagés !

Chez les plus âgés, ils ne sont que sept à concourir ! Et chez ces sept-là, le podium va certainement se jouer à tout moment, car tous sortent du lot par leur qualité ou leur métier. "De vrais bons" comme le dit Odile Van Doorn : Elodie Sarrazin et son très élégant Rio Bravo qui ont bien tourné en Angleterre, Emmauelle Kaszuba qui a fait un bon début de saison avec le cheval de Bernard Bosseaux, Furie, un peu moins brillant que Rio mais qui connaît bien son métier ! Ou encore, Marie-Emilie Bretenoux et son Fanthomas. "Marie-Emilie est une vraie bonne ! On peut même dire que c'est une vétérante des jeunes cavaliers" nous dit Odile Van Doorn. La jeune cavalière très sereine s'avoue contente de sa saison après l'année creuse de son cheval : "je suis la seule à sortir en GP et a être classée". Elle même imagine un podium très serré entre : Elodie, Emmanuelle, Raphaël et Bertille. Oui, mais que va pouvoir inventer le fantasque Pik Noir ? "Il a été très bien sur les derniers concours, mais je ne suis jamais à l'abri d'une fantaisie" explique Bertille Pelardy qui courent aussi ces championnats avec son autre cheval, Ramses Van Hof Ter Heide, avec lequel elle avoue avoir eu un peu de mal à se mettre pour cette première saison.

Bref, que les meilleurs gagnent ! Et s'il faut tirer un dernier coup de chapeau, ce sera pour tous ses parents, patients et attentifs, qui vont groomer leurs progénitures !